Médiation française entre Téhéran et Washington: E. Macron en prend pour son grade…
Médiation française entre Téhéran et Washington: E. Macron en prend pour son grade…

Dans une déclaration aux médias iraniens, le guide suprême Ali Khamenei a ironisé sur Emmanuel Macron et sa tentative d’organiser une rencontre entre les chefs d’État iranien et américain.

Dimanche 3 novembre, le guide suprême de la Révolution islamique a critiqué l’initiative du chef de l’Etat français d’organiser une rencontre entre le Président iranien, Hassan Rohani, et son homologue américain, Donald Trump, alors que les relations entre les deux pays se sont davantage détériorées depuis que les États-Unis se sont retirés, en mai 2018, de l’accord sur le nucléaire iranien signé en 2015.
«Le Président français, qui prétend qu’une rencontre pourra résoudre tous les problèmes entre Téhéran et l’Amérique, est soit naïf, soit complice des États-Unis», a déclaré l’ayatollah, ses propos rapportés par les médias iraniens.

Pour rappel, Emmanuel Macron avait déclaré fin août dernier à Biarritz, qui accueillait alors le sommet du G7, que les discussions avaient créé «les conditions d’une rencontre et donc d’un accord» entre les Présidents américain et iranien en ce qui concernait le nucléaire du pays moyen-oriental.
Ensuite, le dirigeant français avait déployé des efforts de médiation pour organiser une rencontre entre Rohani et Trump en marge de l’Assemblée générale des Nations unies en septembre, à New York. Une initiative qui n’a pas abouti pour le moment.

«Le refus de toute discussion avec les USA est un moyen d’entraver leur influence politique. Cela signifie que l’Iran ne succombera pas à la pression américaine. Ceux qui pensent que les négociations avec l’ennemi résoudront nos problèmes se trompent à 100%», a ajouté Khamenei, qui occupe le poste le plus élevé de la République islamique d’Iran.

Le retrait unilatéral des États-Unis du Plan d’action global commun, en 2018, a engendré le rétablissement des sanctions américaines contre l’Iran.
Il s’agit notamment d’un embargo qui touche principalement les produits pétroliers iraniens, qui a conduit à une chute brutale des exportations de brut.
En réponse, Téhéran avait annoncé l’abandon de certains de ses engagements inscrits dans l’accord sur le nucléaire iranien signé en 2015.
La preuve, le président de l’Organisation de l’énergie atomique d’Iran a annoncé ce lundi que son pays procèdera à la mise en service d’une série de 30 centrifugeuses améliorées pour l’enrichissement de l’uranium.
L’Iran a lancé 30 nouvelles centrifugeuses d’enrichissement de l’uranium et a considérablement augmenté la production d’uranium peu enrichi dans ses entreprises, selon le président de l’Organisation de l’énergie atomique d’Iran Ali Akbar Salehi, cité par la chaîne Al Jazeera.

A.A. Salehi a tenu à souligner que la production d’uranium peu enrichi avait été multipliée par 10 au cours des deux derniers mois.
«Nous n’avions pas l’intention de prendre de telles mesures, mais la politique erronée de Washington [vis-à-vis de Téhéran, ndlr] nous a forcés à le faire», a-t-il-précisé.
Plus, le responsable iranien a ajouté que l’Iran produisait désormais cinq kilogrammes d’uranium enrichi par jour ce qui est deux fois plus qu’il y a deux mois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.