Ministère de la Jeunesse et des Sports: Une impuissance publique !

Ministère de la Jeunesse et des Sports Une impuissance publique !
Ministère de la Jeunesse et des Sports Une impuissance publique !

La sortie médiatique de Rachid Talbi Alami, ministre de la Jeunesse et des Sports, dimanche soir sur la chaîne Médi 1TV, a été magistrale car il n’y a pas eu de langue de bois ni de déclaration politicienne pour faire le bilan d’une décennie sur ladite stratégie du développement du sport qui avait accouché du grenelle de Skhirat en octobre 2008.


Sans ambages ni détours,on retiendra de cette sortie médiatique réussie de Rachid Talbi Alami plusieurs messages percutants. La stratégie du développement du sport a énormément besoin d’un ministère fort pour que ce département gouvernemental soit véritablement une puissance publique qui s’acquitte de ses attributions tels qu’elles sont legiférées dans le décret organisationnel : la régulation, le contrôle, l’accompagnement et celui d’une administration de mission et d’impulsion. Aujourd’hui, on a beau changer de ministre comme de chemises sans avoir attaqué un problème structurel qui a fragilisé le ministère de la Jeunesse et des Sports. C’est le problème des ressources humaines spécialisées qui font défaut au secteur du sport. Quand la population marocaine était de 18 millions habitants, le ministère de la Jeunesse et des Sports avait douze mille cadres. Aujourd’hui, il n’y en 36 millions d’habitants mais seulement 3000. Ce chiffre squelettique en dit long sur le ministère de la Jeunesse et des Sports, devenue depuis un quart de siècle une impuissance publique à telle enseigne que si l’Etat ne remédie pas à la situation, ce ministère risque de se métamorphoser en zombie pour ne pas dire un éctoplasme!


L’un des messages forts de Rachid Talbi Alami, un vizir qui a hérité d’un département chaotique, le fait d’avoir confirmé qu’après avoir achevé l’évaluation de la décennie dernière, la stratégie de développement du sport comme tous les autres secteurs et en vertu de l’article 49 de la Constitution du Maroc, fera l’objet d’une approbation par le Conseil du Gouvernement et in fine par le Conseil des ministres qui est présidé par le Roi, Mohammed VI.


Pour la première fois au Maroc, un ministre de la Jeunesse et des Sports parle du PIB dans le sport et de la mise en œuvre de l’institutionnalisation du mouvement sportif (Associations, ligues, Fédérations…). L’agrément des associations sportives et l’habilitation ds fédérations sportives sont un préalable pour développer le sport sans chasse aux sorcières au grand malheur du quidam qui brasse des milliards de dirhams des deniers publics sans reddition des comptes et qui s’en « foote » en colportant des rumeurs contre l’actuel ministre de la Jeunesse et des Sports.
Enfin, le ministre de la Jeunesse et des Sports a insisté mordicus sur le volet technique dans les nouvelles conventions d’objectifs qui seront conclues avec les fédérations sportives.


Sur ce point qui a été auparavant relégué au second plan, l’écrasante majorité des fédérations sportives ont des directeurs techniques nationaux mais n’ont pas de Directions Techniques Nationales!
En tout cas, le ministre de la Jeunesse et des Sports a été cohérent dans ses propos. La messe est dite.



1 COMMENTAIRE

  1. Je ne savais pas qu’il y avait eu un grenelle de skhirat je croyais bêtement que le terme grenelle était lié aux accords qui avaient été négociés au ministère francais des affaires sociales qui se trouve rue de Grenelle à Paris. On aura tout vu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.