« Mort cérébrale » de l’OTAN: E. Macron s’attire l’ire de D. Trump et R.T. Erdogan
« Mort cérébrale » de l’OTAN: E. Macron s’attire l’ire de D. Trump et R.T. Erdogan

Recep Tayyip Erdogan et Donald Trump ont trouvé un terrain d’entente: la critique de la position d’Emmanuel Macron sur l’OTAN.

Le 13 novembre, le président américain Donald Trump a reçu son homologue turc Recep Tayyip Erdogan à la Maison Blanche dans un contexte pour le moins tendu entre les deux pays. Pourtant au cours d’une conférence de presse commune, le locataire de la Maison Blanche a insisté sur sa bonne entente avec le président turc, évitant soigneusement d’aborder les sujets qui fâchent.

«Je suis un grand fan du président [R.T Erdogan]», a ainsi lancé D. Trump, assurant sur le même ton qu’ils étaient «amis depuis longtemps».
Oubliant au passage ses menaces à l’endroit de l’économie turque et ses conseils peu diplomatiques à l’égard de son hôte si estimé.
«Ne jouez pas au dur ! Ne faites pas l’idiot !». Tel fut l’avertissement adressé par le Président US à son homologue turc à la veille de son offensive en Syrie.
D. Trump s’est contenté de se féliciter que «le cessez-le feu [devant être observé par la Turquie dans le nord-syrien] continue à tenir». Sans jamais glisser un mot sur l’achat par la Turquie de systèmes de missiles antiaériens S-400 à la Russie, véritable pierre d’achoppement entre les deux alliés de l’OTAN.

R.T Erdogan semblait dans les mêmes prédispositions à l’égard de son hôte.
Il a évité d’évoquer la surprenante missive de D. Trump, expliquant laconiquement l’avoir rendue à son auteur, sans s’attarder sur son contenu.
Il n’a en revanche pu s’empêcher d’exprimer son mécontentement vis-à-vis du vote de la Chambre des représentants US d’une résolution qui qualifie de «génocide» le massacre de centaines de milliers d’Arméniens par l’Empire ottoman.
Affirmant que cette initiative avait «profondément blessé la nation turque», estimant que cela risquait de nuire aux relations entre Ankara et Washington.

Les deux dirigeants ont préféré insister sur un sujet qui les rassemble: la critique des propos d’Emmanuel Macron sur l’OTAN, qui avait alors jugé l’Alliance atlantique en état de « mort cérébrale » dans le cadre d’un entretien accordé au magazine « The Economist » en raison du désengagement américain vis-à-vis de ses alliés de l’alliance atlantique ainsi que du comportement de la Turquie en Syrie.

«Je pense que le président [turc] n’a vraiment pas apprécié […] et je pense que beaucoup d’autres gens ont eu la même réaction», a attesté le président américain.
Le président turc a quant à lui qualifié d’«inacceptable[s]» les propos d’Emmanuel Macron.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.