Normalisation avec Israël: Les parlementaires arabes disent non !

Normalisation avec Israël: Les parlementaires arabes disent non !
Normalisation avec Israël: Les parlementaires arabes disent non !

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

Les porte-voix de Riyad, Abu Dhabi et le Caire ont cherché à faire passer les parlementaires arabes réunis à Amman, en Jordanie, pour des clowns. Mais le complot a tourné court. Grâce au rôle joué par les parlementaires de la Jordanie, du Liban, de la Syrie, d’Irak et de la Palestine, le communiqué final de la session des parlementaires arabes a été très constructif. Il a insisté sur la centralité de la cause palestinienne, le refus de toute solution niant les droits fondamentaux du peuple palestinien, l’attachement à Al-Qods comme capitale de la Palestine.

Les parlementaires ont aussi souligné qu’aucune solution possible ne sera acceptée sans Al-Qods, ville spirituelle de l’islam et du christianisme et que l’État palestinien doit s’établir sur les territoires de 1967.

Les parlementaires arabes ont aussi souligné le refus de toute normalisation avec l’ennemi sioniste et ce malgré l’opposition de l’Arabie Saoudite, des EAU, et de l’Égypte. Comme ils ont réaffirmé le rejet de toute médiation américaine eu égard à l’alignement inconditionnel de Washington sur les positions de l’ennemi sioniste.

Le Koweït a joué un rôle très important lors de cette réunion d’Amman. Les interventions de Marzouk Ghanem étaient aussi pertinentes qu’importantes sur la Palestine et sur la criminalisation de la normalisation vers laquelle le triumvirat a voulu faire glisser les parlementaires arabes.

On rappellera que le président du Parlement syrien a participé pour la première fois depuis la guerre qui a éclaté en 2011 en Syrie à une réunion interparlementaire arabe à Amman, en plein débat sur un retour de Damas dans les instances panarabes. Cette 29e session de l’Union interparlementaire arabe, présidée par le chef du Parlement jordanien Atef al-Tarawneh, a réuni pendant deux jours 17 chefs de Parlements et représentants de conseils de la Choura (assemblées désignées dans certains pays du Golfe). La délégation syrienne est dirigée par le président du Conseil du peuple syrien, Hammouda Sabbagh.

Dans une déclaration devant les participants, A. Tarawneh a pressé ses pairs arabes d’ « agir pour un règlement politique de la crise syrienne qui préserve l’unité du peuple syrien et d’œuvrer pour que la Syrie retrouve sa place » au sein du monde arabe.

La Syrie a été mise au ban du monde arabe depuis sa suspension par la Ligue arabe fin 2011, quelques mois après le début de la révolte dans ce pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.