Normalisation maroco-algérienne: Les vieilles sirènes chantent faux

Normalisation maroco-algérienne Les vieilles sirènes chantent faux
Normalisation maroco-algérienne Les vieilles sirènes chantent faux

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

En multipliant les appels pour tenter de reprendre une relation bilatérale normale avec Alger, Rabat qui garde espoir n’est pas au bout de ses surprises. Si l’accueil réservé à l’invite royale est des plus chaleureux au niveau de nombreuses capitales occidentales, Bruxelles étant la dernière à s’aligner sur les positions de Paris ou encore de Madrid, c’est la froideur dont fait preuve l’establishment algérien qui suscite des interrogations, voire inquiète au plus haut degré.

Nul besoin de rappeler à cet égard que le Polisario qui se découvre une insoupçonnable hardiesse militaro-diplomatique n’est que la voix de son maître. Des cercles bien connus à Alger pour leur irrédentisme ayant choisi de fouler aux pieds les appels de l’ONU pour la préservation du statut de la zone démilitarisée dans le Sahara et de pousser les va-t-en guerre parmi les sécessionnistes à brandir la menace de reprise des combats contre le Maroc.
Sur le plan de la rhétorique, les représentants du système algérien qui n’osent pas s’afficher, comme l’avait fait le général de division qui commandait la 3ème région militaire lorsqu’il démarra les manœuvres militaires, supervisées par le puissantissime Gaid Saleh, en menaçant directement le Royaume, veillent au respect à la virgule près de la grammaire anti-marocaine. On passe sur le regard suspicieux lancé sur chaque démarche en provenance du Royaume pour mettre en évidence la résistance de la Nomenklatura algérienne à toute démarche novatrice. Dans le rang des diplomates algériens maternés au rejet de tout ce qui provient du Maroc, nombreux ont été ceux qui ont qualifié l’appel royal de « fausse ouverture » d’une portée « purement tactique » puisque cherchant à « ferrer» Alger en l’isolant à la veille des pourparlers de Genève sur le Sahara supervisés par l’émissaire du SG de l’ONU. A les croire, on est donc face à « un non événement » qui cadre avec une stratégie marocaine de « perdant d’office » qui cherche à se dédouaner de l’échec préprogrammé des pourparlers de Genève. Pourparlers auxquels l’Algérie prendra part es qualité de partie prenante au conflit et non plus comme « voisin désintéressé » qui ne veut que du bien pour le Royaume ! En avançant pareilles conjectures, nul besoin d’être clerc pour identifier la partie qui passe pour être maitresse dans la lecture du marc de café. La Nomenklatura algérienne sait pertinemment que le Maroc a proposé comme solution aussi définitive qu’alternative une « large autonomie » aux provinces sahariennes récupérées. En d’autres termes, point d’autre issue n’est envisageable en dehors de la souveraineté marocaine. En cela, le Maroc a toujours été clair et clairvoyant. Pourquoi dès lors l’appel royal à la normalisation avec Alger suscite autant de méfiance, voire de défiance, chez nos voisins de l’Est ? Certains vont jusqu’à puiser dans le registre des « voltefaces » pour imputer l’échec de la normalisation entre les deux pays voisins au Maroc. Mais dans leurs calculs, les Spin Doktor de la Nomenklatura algérienne font tomber les impératifs du moment. La région maghrébine de 2003 n’a rien à voir avec celle de 2018. Il faut être aveugle pour ne pas lire et saisir que l’instabilité guette cette sous-région africaine et que d’innombrables défis appellent à une gestion commune : terrorisme, immigration, déstabilisation…  Faut-il s’offusquer dès lors que de constater qu’il est aussi honteux que scandaleux que la frontière entre les deux pays voisins, que tout rassemble, soit hérissée de part et d’autre de barbelés alors que l’appel à la complémentarité est si criard ? Enfin, ceux de nos voisins qui soutiennent mordicus que les autorités marocaines n’ont jamais souhaité dissocier la question sahraouie du dossier des relations avec l’Algérie, n’ont pas tout à fait tort. Ils trouveront leur bonheur en cherchant les explications ad hoc dans les discours et méthode que leurs éminences grises nourrissent depuis plus d’un demi-siècle. Tout faire pour mettre à genoux le Maroc. Alors, continuer à diaboliser le voisin n’est qu’un jeu de dupes juste propre à siphonner la colère des Algériens. Ceux qui voient que le gros de leurs richesses nourrissent une minorité de galonnés au détriment du reste… Tout le reste. Pitoyable !

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.