Opération « mains propres » au gabon Le « Scorpion » a frappé plusieurs fois
Opération « mains propres » au gabon Le « Scorpion » a frappé plusieurs fois

L’opération mains propres baptisée « Scorpion », qui a permis l’interpellation d’une vingtaine de cadres de la haute administration gabonaise.
Au terme d’une audience qui a duré 3 jours devant la Cour spéciale de justice, plusieurs cadres ont été placés sous mandat de dépôt.

La Cour judiciaire spéciale a entendu 21 prévenus dont 13 ont été formellement inculpés et placés sous mandat de dépôt.
Ike Ngouini, porte-parole de la présidence de la République et Christian Patrici Tanasa, conseiller politique du président Ali Bongo, seraient dans le lot.
Au même titre que Renaud Allogho Akoué, ex-directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale et Ismaël Ondias Souna, ex-DG de la Société équatoriale des mines.

Les prévenus sont poursuivis pour détournement des fonds, corruption, concussion ou blanchiment des capitaux.

Sur les 21 personnes entendues, six sont relaxées alors que deux autres sont inculpées mais laissées en liberté provisoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.