PLF 2020: L’ASMEX accueille deux ministres et sort avec un Comite d’Action pour l’Export
PLF 2020: L’ASMEX accueille deux ministres et sort avec un Comite d’Action pour l’Export

Suite aux réserves émises par les exportateurs  sur les mesures contenues dans le PLF2020, l’Association Marocaine des Exportateurs (ASMEX) a organisé une rencontre sous le thème «Fiscalité déterminante pour le Développement des Exportations», et à laquelle  Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration et Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique ont été invité pour débattre du Projet de Loi de Finances 2020 et de l’avenir du secteur.

Cette rencontre qui a été l’occasion pour quelque 200 exportateurs de faire entendre leur voix et d’interpeler les ministres sur l’urgence d’ériger le secteur en priorité nationale, a vu défiler les deux responsables gouvernementaux avec chacun sa vision, ses explication mais aussi ses orientations.

Ainsi, pour M. Moulay Hafid Elalamy, «les exportateurs sont des vecteurs importants de l’économie marocaine. Nous sommes à leur écoute pour accélérer la cadence et favoriser la croissance».
Se félicitant des avancées réalisées par l’économie marocaine qui évolue sur un trend haussier, M.H Elalamy a relevé que « l’Etat est disposé à faire des efforts colossaux de façon à ce que l’économie nationale fasse un saut qualitatif« .

De son côté, le ministre de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, a souligné l’importance de promouvoir l’investissement afin de disposer d’un tissu entrepreneurial compétitif, notant que le projet de loi de finances est une composante d’un ensemble d’actions et de réformes engagées par les pouvoirs publics pour justement stimuler l’économie et entrepreneuriat.
M. Benchaâboun a en outre affirmé que les recommandations des assises sur la fiscalité, tenues en mai dernier, sont aujourd’hui insérées dans un projet de loi cadre, citant à cet égard la convergence vers un certain nombre de principes de bonne gouvernance fiscale et l’abandon progressif des exonérations pour aller vers des incitations à l’investissement et des aides directes.
Le ministre a également relevé que les principales dispositions de la loi de finances 2020 offrent la possibilité aux entreprises de rectifier toutes les déclarations de l’IR, l’IS et de la TVA sur les années passées, soulignant que la mise en place de mesures de contributions libératoires et de déclarations rectificatives permettent aux sociétés « de se faire concilier avec le passé et de partir sur une nouvelle base en matière de conformité« .

Convaincu de la place centrale qu’occupe la fiscalité dans toute politique de relance économique et de l’investissement, le président de l’ASMEX, Sentissi El Idrissi a annoncé qu’à l’issue de cette rencontre-débat, l’ASMEX a décidé de transformer le Comité de crise, qui avait été créé il y a quelques semaines pour le PLF2020, en « Comité d’Action pour l’Export ».
Ce comité aura pour mission de mener la réflexion en concertation avec les deux ministères sur le meilleur moyen de replacer le secteur au cœur de l’économie, d’augmenter la valeur ajoutée et de réduire le déficit de la balance commerciale du pays.
Hassan Sentissi a d’ailleurs saisi cette occasion pour lancer un appel aux ministres afin d’inscrire annuellement ce type de rencontres en amont de l’élaboration des Projets de Loi de Finances.
« En effet, la mise en place de cette gouvernance Public-Privé permettrait de créer une concertation dans la pérennité avec les exportateurs », a-t-il déclaré.

Les ministres présents ont répondu favorablement à cette initiative  à l’image de M. Benchaâboun qui a proposé «l’adoption d’un agenda afin d’institutionnaliser ces rencontres annuelles avec les exportateurs dans le but d’installer un partenariat Public-Privé dans un esprit win-win».

Cette rencontre de travail, qui a mobilisé toutes les instances de l’ASMEX, a permis aux adhérents et au ministre de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration d’éclaircir plusieurs points relatifs aux mesures contenues dans le PLF2020.

De cet échange entre les pouvoirs publics et les exportateurs , un consensus semble s’être dégagé sur l’urgence d’intervenir pour instaurer un accompagnement approprié et constant de ce secteur important et prometteur de création de valeur et d’emplois pour l’économie nationale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.