Plusieurs sécuritaires syriens limogés: Ali Mamlouk placé en touche ?
Plusieurs sécuritaires syriens limogés: Ali Mamlouk placé en touche ?

A Damas, les bruits couraient ces derniers temps sur un profond remaniement des services syriens. Si aucune information officielle n’est venue pour confirmer ou infirmer ces informations, une tradition dans le pays, de grandes figures sont remplacés à la tête de structures stratégiques.

Un large remaniement a touché l’appareil sécuritaire et militaire en Syrie.
Il s’agit, selon les observateurs locaux, du plus vaste remaniement jamais opéré depuis le début du conflit en 2011.
On signale ainsi que le président Bachar el-Assad aurait nommé de nouveaux responsables à la tête de plusieurs entités et remercié de grosses pointures du système.
Il en irait ainsi du général Ali Mamlouk qui laisse la direction du bureau de la sécurité nationale pour la vice-présidence aux Affaires sécuritaires.
Rien de plus normal pour un acteur de l’ombre qui a agi sur la scène politique et diplomatique au cours de ces dernières années. C’est Mohammad Dib Zeitoun, à la tête de la direction générale des renseignements généraux, qui prend sa place.

En avril 2011, peu après le déclenchement du soulèvement, le gouvernement américain avait imposé des sanctions à l’encontre du général Mamlouk.
L’Union européenne avait également imposé, en mai de la même année, des sanctions à l’encontre de l’officier, pour son rôle dans la répression des manifestations.
Malgré une interdiction de se rendre en Europe et un gel de ses avoirs, il continue de voyager régulièrement à l’étranger, notamment à Rome en février 2018, où il a rencontré son homologue, Alberto Manenti.

En 2014 déjà, des rumeurs avaient circulé à Damas sur sa nomination à ce poste, à la place de Farouk al-Chareh, tombé en disgrâce.
Une voie de garage avant sa mise en touche définitive ?

Au-delà du cas Mamlouk, Jamil Hassan, à la tête des redoutables services de renseignements de l’armée de l’air syrienne, aurait aussi cédé sa place à son numéro deux, le général Ghassan Ismaïl, 58 ans, originaire de Tartous.
L’homme de Homs qui chapeautait les services de renseignements de l’armée de l’air depuis 2009 était malade et sa tête demandée par la justice allemande et française.
Son successeur officiait à la tête de la branche spéciale de la direction du renseignement aérien, chef de la direction de la sécurité de Souaida en 2016, et depuis l’an dernier directeur adjoint des services de renseignements de l’armée de l’air.

D’autres nominations de taille ont aussi touché les autres compartiments du renseignement syrien. Comme c’est le cas pour Houssam Louqa, promu à la direction générale des renseignements généraux. Il remplace Mohammad Dib Zeitoun à la tête de cette structure appelée naguère Sécurité de l’État.
Houssam Louqa quant à lui s’éclipse au profit de Nasser el-Ali à la direction générale de la sécurité politique, alors que Nasser Dib a pris la place de Safwan Issa à la direction générale de la sécurité criminelle.
Quant aux SR militaires, leur direction serait ainsi confiée à Kifah Melhem à la place de Mohammad Mahla.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.