Pollution atmosphérique: L’OMM tire la sonnette d’alarme…

Pollution atmosphérique L’OMM tire la sonnette d’alarme…
Pollution atmosphérique L’OMM tire la sonnette d’alarme…

D’après le dernier bulletin émis par l’Organisation météorologique mondiale (OMM), la concentration en CO2 atmosphérique a atteint 405,5 ppm (parties par million) en 2017, soit plus que les 403,3 ppm de 2016 et les 400,1 ppm de 2015. Le taux de CO2 atmosphérique est aujourd’hui 46 % plus élevé que celui de l’époque pré-industrielle, c’est-à-dire avant 1750.

Mais le CO2 n’est pas le seul à voir sa concentration augmenter : c’est aussi le cas du méthane, dont la majorité des émissions provient des activités humaines, et du protoxyde d’azote. Le CFC-11 (trichlorofluorométhane), un puissant gaz à effet de serre qui attaque la couche d’ozone, fait aussi son retour.

Un quart des émissions de gaz à effet de serre sont absorbées par l’océan et un autre quart par la biosphère. Mais le reste subsiste dans l’atmosphère et s’accumule au fil des années. C’est pourquoi il est nécessaire de diminuer rapidement et significativement ces émissions. Ces chiffres alarmants devraient être au cœur des discussions de la COP24 qui se tiendra à Katowice, en Pologne, du 2 au 14 décembre 2018.

Dans un communiqué, le secrétaire général de l’OMM a exprimé son pessimisme sur l’évolution de la situation : « La science est claire. Sans réduction rapide du CO2 et d’autres gaz à effet de serre, le changement climatique aura des impacts de plus en plus destructeurs et irréversibles sur la vie sur Terre. La fenêtre d’opportunité pour l’action est presque fermée ». Il ajoute : « La dernière fois que la Terre a connu une concentration comparable de CO2, c’était il y a 3 à 5 millions d’années, lorsque la température était de 2 à 3 °C plus chaude et le niveau de la mer de 10 à 20 mètres plus élevé qu’aujourd’hui. »

Avec 403 parties par million (ppm) de CO2 dans l’atmosphère en 2016, un record est battu, qui datait de plusieurs millions d’années. Pour réduire les conséquences, il serait judicieux de modérer nos émissions de gaz à effet de serre.

La concentration dans l’atmosphère du dioxyde de carbone (CO2), responsable du réchauffement climatique, a atteint un niveau record en 2016. Ce n’est pas une révélation, puisque les scientifiques ont tiré cette conclusion de leurs patientes recherches dans les carottes de glace, mais c’est le message du dernier rapport de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), qui met en garde contre « une hausse dangereuse de la température ».

« La dernière fois que la Terre a connu une teneur en CO2 comparable, c’était il y a trois à cinq millions d’années : la température était de 2 à 3 °C plus élevée et le niveau de la mer était supérieur de 10 à 20 mètres par rapport au niveau actuel », en raison de la fonte des nappes glaciaires, a rappelé l’agence de l’ONU dans son bulletin annuel sur les gaz à effet de serre.

Selon l’OMM, cette « montée en flèche » du niveau de CO2 est due à « la conjonction des activités humaines et d’un puissant épisode El Niño», phénomène climatique qui apparaît tous les quatre ou cinq ans et se traduit par une hausse de la température de l’océan Pacifique, ce qui provoque des sécheresses et de fortes précipitations.

« Alors qu’elle était de 400 parties par million (ppm) en 2015, la teneur de l’atmosphère en dioxyde de carbone […] a atteint 403,3 ppm en 2016 » et « représente désormais 145 % de ce qu’elle était à l’époque préindustrielle (avant 1750) », précise le rapport rendu public à Genève, siège de l’OMM.

Il s’agit du « niveau le plus élevé depuis 800.000 ans », souligne le document. Les chercheurs ont en effet « des mesures fiables, directes »de taux de concentration qui remontent à 800.000 ans, grâce à l’étude de bulles d’air préservées dans la glace au Groenland et en Antarctique, a expliqué aux journalistes la chef du département de recherche sur l’environnement atmosphérique de l’OMM, Oksana Tarasova. Mais, en examinant des matériaux fossilisés, l’OMM peut remonter encore plus loin dans le temps, bien qu’avec moins de précision, et dater au Pliocène moyen (trois à cinq millions d’années) de tels niveaux de CO2.

« Si l’on ne réduit pas rapidement les émissions de gaz à effet de serre, notamment de CO2, nous allons au-devant d’une hausse dangereuse de la température d’ici la fin du siècle, bien au-delà de la cible fixée dans l’accord de Paris sur le climat », a averti le secrétaire général de l’OMM, le Finlandais Petteri Taalas. « Mais il y a de l’espoir, a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse, soulignant toutefois que le CO2 persiste dans l’atmosphère pendant des siècles et dans l’océan encore plus longtemps. Selon les lois de la physique, la température sera nettement plus élevée et les phénomènes climatiques plus extrêmes à l’avenir ».

Pour Erik Solheim, chef de l’agence ONU-Environnement, « le temps presse »« Les chiffres ne mentent pas. Nos émissions continuent d’être trop élevées et il faut renverser la tendance […]. Nous disposons déjà de nombreuses solutions pour faire face à ce défi. Il ne manque que la volonté politique », a-t-il dit. L’OMM a annoncé en mars que l’Arctique avait connu au moins à trois reprises l’hiver dernier l’équivalent polaire d’une vague de chaleur proche du dégel. En 2016, les températures de surface de la mer ont été les plus élevées jamais constatées. En outre, la hausse du niveau moyen de la mer s’est poursuivie et l’étendue de la banquise arctique a été bien inférieure à la normale la majeure partie de l’année.

Des négociations sur le climat débutent la semaine prochaine à Bonn (Allemagne), sous l’égide de l’ONU, pour préparer la mise en place de l’Accord de Paris signé en 2015. Le président américain Donald Trump a annoncé que les États-Unis quittaient ce « mauvais accord », mais le retrait ne sera pas effectif avant trois ans.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.