Présidentielle au Nigeria: M. Buhari, un septuagénaire qui tente de séduire la jeunesse

Présidentielle au Nigeria M. Buhari, un septuagénaire qui tente de séduire la jeunesse
Présidentielle au Nigeria M. Buhari, un septuagénaire qui tente de séduire la jeunesse

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

Plus de 84 millions d’électeurs nigérians sont appelés aux urnes le 16 février 2019 pour élire -entre autres- leur président.

Si un total de 72 candidats sont en lice pour la magistrature suprême, il n’en reste pas moins que la véritable bataille est engagée plutôt entre les vieux routiers des deux principaux partis : le président sortant Muhammadu Buhari pour le All Progressive’s Congress (APC) et Atiku Abubakar, candidat du parti d’opposition, le People’s Democratic Party (PDP).


Les deux principaux candidats parcourent depuis un mois les 37 Etats du Nigeria. De meetings en rassemblement, du nord au sud du pays, le flot de supporters ne désemplit pas. Que ce soit le président sortant, Muhammadu Buhari, 76 ans ou son rival l’ancien vice-président Atiku Abubakar, 72 ans, tous deux se produisent à guichet fermé. Sur les réseaux sociaux, chaque parti rivalise alors de superlatifs pour s’attribuer le plus grand nombre de fans.


Ces records de participation aux meetings masquent surtout une pauvreté ambiante grandissante qui pousse désormais les populations à aller chercher quelques billets et autres cadeaux lancés par les équipes de campagne à la foule.


Lors du scrutin de 2015, l’âge de M. Buhari faisait déjà couler beaucoup d’encre, mais le sujet avait vite été évacué à la faveur d’un espoir de changement. Elu avec 53.9% des suffrages, le vieux général putschiste signait alors la première alternance démocratique de l’histoire du pays. Quatre ans plus tard, l’euphorie s’est muée en déception. Le Nigeria peine à sortir de la récession économique. La lutte contre la corruption est partielle faute d’avoir entamé une réforme du système judiciaire. Quant à la lutte contre l’organisation djihadiste Boko Haram, le bilan reste mitigé puisque l’insurrection est encore là malgré la reconquête de certaines zones de l’Etat de Borno. Le fils de Daura (Etat de Katsina) a placé aux postes stratégiques des hommes de sa région, accusés de profiter de l’image d’incorruptible du chef pour piocher dans la caisse.


Un bilan peu convaincant dont le chef de l’Etat sortant pâtit dans l’opinion publique. Malade et très souvent absent pour se faire soigner les deux premières années de son mandat, « Baba go slow » -« Papa va doucement » comme le surnomment désormais les Nigérians- est souvent tourné en dérision. M. Buhari est en décalage avec les 100 millions de Nigérians qui ont moins de 25 ans. Pas sûr pour autant que son adversaire, originaire du Nord et musulman comme lui, parvienne à séduire outre mesure la population du géant pétrolier
Après avoir tout tenté ces vingt-cinq dernières années, Atiku Abubar l’ancien vice-président d’Olusegun Obasanjo de 1999 à 2007 a enfin réussi à se frayer un chemin jusqu’aux portes d’Aso Rock, la villa présidentielle. Intronisé principal candidat du PDP, il prend ainsi sa revanche sur plusieurs tentatives infructueuses. Le multimillionnaire poupon peine pourtant à se défaire d’une image d’homme corrompu. Agent des douanes pendant deux décennies avant d’entrer en politique, A. Abubakar s’est créé un empire industriel bien trop vaste pour s’épargner de forts soupçons de corruption et de conflits d’intérêts. Du pain bénit pour ses adversaires qui en ont fait leur principal angle d’attaque. A quoi l’intéressé rétorque n’avoir jamais été condamné.


Dans sa campagne, ce défenseur d’une politique très libérale capitalise d’ailleurs sur sa carrière de businessman. En écho à l’échec économique de son rival, Atiku Abubakar entend « remettre le Nigeria au travail ». Et qu’importe si son manifeste intitulé « Atiku’s plan » comporte quelques promesses irréalistes… Contre toute attente, il est parvenu à se faire adouber de deux anciens présidents toujours très influents dans le jeu politique national : Ibrahim Baganguida et Olusegun Obansajo qui semble avoir pardonné à son ancien colistier son opposition à un changement de Constitution en 2007. Les candidats malheureux de la primaire ont suivi le mouvement et rejoint le vainqueur en échange de promesses de postes. Fort de ces appuis, l’homme d’affaires pourra aussi compter sur la puissante machine électorale qu’est devenu le parti après seize années de pouvoir sans partage.


Les candidats savent à quoi s’en tenir dans un pays divisé entre un Sud majoritairement chrétien et un Nord à dominante musulmane, ainsi qu’entre trois groupes communautaires majoritaires (Haoussa, Yorouba et Igbo). Pour emporter la présidentielle, la majorité des voix au niveau fédéral est requise outre 25% au moins des suffrages dans au moins 2/3 des Etats, soit 24 sur 36.


Une configuration dans laquelle le choix des colistiers joue un rôle déterminant. Buhari l’a bien compris en misant de nouveau sur le très populaire Yemi Osinbajo. Présent sur les fronts économiques et sécuritaires dans le sud-est pendant les longues absences du président sortant, ce pasteur Yoruba de 61 ans a su asseoir une image d’homme compétent, efficace et intègre. Des qualificatifs également attribués à Peter Obi, le vice-président d’Atiku Abubakar. Cet ancien gouverneur du Sud-Est (Etat d’Anambra) jouit d’une réputation de technocrate, spécialiste des dossiers économiques, même si en interne ce choix d’un chrétien de l’ethnie Igbo fait grincer des dents et surprend par son calcul stratégique.


De son côté, Buhari pourra capitaliser sur son aura dans le Nord. En 2015, il y avait remporté un très grand nombre de voix, jusqu’à 90% des suffrages dans certains Etats. Une manne électorale d’autant plus précieuse que la majorité des 14.5 millions d’électeurs supplémentaires comptabilisés dans le nouveau fichier électoral est issue des Etats de Kano, Borno, Bauchi, Katsina, etc. C’est là que tout devrait se jouer. Autre inconnue : le comportement des électeurs du Sud-Ouest. Bastion historique de l’ACN, membre de la coalition de l’APC, la région Yoruba est aussi celle où le taux d’abstention est traditionnellement le plus important. Malgré le fort mécontentement que Buhari a fait naître dans le milieu des affaires et auprès d’une population urbaine et éduquée, rien ne garantit que cela se reporte sur son rival.


Illustration de cette amertume et d’une certaine défiance vis-à-vis de la vieille garde politicienne : la sortie du prix Nobel de littérature nigérian, Wole Soyinka, fin janvier. « Je veux qu’il n’y ait aucune ambiguïté », a-t-il déclaré au cours d’une conférence à Lagos « je ne voterai ni pour l’un ni pour l’autre ». Figure très respectée, l’écrivain -qui avait donné sa voie à Buhari en 2015- estime qu’ils méritent tous deux « un rejet absolu », et appelle les 84 millions d’électeurs à trouver une troisième voie, grâce aux 71 autres candidats.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.