Projection diplomatique tous azimuts de Pékin Lowi Institute y voit l’endiguement de Taiwan…
Projection diplomatique tous azimuts de Pékin Lowi Institute y voit l’endiguement de Taiwan…

L’Empire du Milieu, deuxième puissance économique mondiale, dispose désormais du plus grand réseau d’ambassades et de consulats, devant les Etats-Unis, constate le think tank australien Lowi Institute.
Une présence croissante qui traduit les ambitions mondiales de la Chine. Et une stratégie d’isolement de Taïwan.

Passant au peigne fin le réseau diplomatique de 61 pays (tous ceux des pays de l’OCDE, des pays du G20 et la plupart des pays asiatiques), le think tank australien Lowi Institute constate que la Chine compte désormais un total de 276 représentations. Soit trois de plus que les Etats-Unis et neuf de plus que la France, le troisième réseau diplomatique au monde devant la Russie.
Dans le détail, la Chine compte 169 ambassades, 96 consulats, 8 missions permanentes et trois autres bureaux diplomatiques, contre 168 ambassades et 88 consulats pour le département d’Etat américain.
L’ascension chinoise au sommet a été rapide, observe le think tank. En 2016, la Chine se situait à la troisième place derrière les Etats-Unis et la France. Et l’année suivante, elle était passée à la deuxième place, devant la France.

Pour Bonnie Bley, chargée de recherche au Lowy Institute, l’expansion rapide du réseau diplomatique chinois est, à ce stade, davantage le reflet de l’ambition de la Chine que de son influence actuelle.
La Chine de Xi Jinping s’est fixée pour objectif de retrouver sa place et son influence de leader mondial en 2049, date qui marquera le centenaire du régime communiste.

Elle s’y prépare mais, à ce stade, les Etats-Unis restent de loin le centre mondial de l’activité diplomatique et l’endroit le plus important pour les pays pour implanter un poste diplomatique.
Les Etats-Unis abritent environ 342 postes appartenant aux 61 pays recensés l’indice, tandis que la Chine occupe une lointaine deuxième position, avec 256 postes.

La Chine continue d’élargir son empreinte diplomatique au moment où celle des Etats-Unis diminue, marquée par de forte coupe budgétaire, la fermeture du consulat de Saint-Pétersbourg, ou encore un département d’Etat en crise, dont seuls 73 % des postes clés sont pourvus, selon le « Washington Post ».

La présence diplomatique croissante de la Chine – associée à une présence de plus en plus importante dans les instances internationales – doit se lire également en parallèle avec sa stratégie d’isolement de Taïwan sur la scène diplomatique.
Sous la pression de Pékin et sa diplomatie du carnet de chèques, plusieurs partenaires diplomatiques de Taiwan ont décidé de changer leur fusil d’épaule et d’établir des relations diplomatiques avec la Chine, comme le prouvent les îles Salomon et l’archipel du Kiribati.
Taïwan n’est désormais reconnu que par quinze Etats à travers le monde, la plupart en Amérique latine et dans le Pacifique, contre 22 en 2016.
Pékin a ouvert de nouvelles ambassades au Burkina Faso, en République dominicaine, au Salvador, en Gambie et à São Tomé et Príncipe, tous d’anciens amis diplomatiques de Taïwan.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.