Qui complote contre le PJD ? On n’est jamais mieux servi…

Qui complote contre le PJD ? On n’est jamais mieux servi…
Populiste à souhait, Abdelilah Benkirane nourrit une prédilection certaine pour les théories du complot. Rien de plus normal au regard d’un homme qui a baigné dans le bouillon culturel des «Sages de Sion». Alors, il ne faut absolument pas s’attendre de lui d’accepter la moindre critique de la part de quiconque… Et surtout pas des journalistes qui ne lui obéissent pas au doigt et à l’oeil. N’a t il pas joint à ses ministres de ne plus lire la presse qui s’évertue à étaler au grand jour les ratages de la politique suivie et à passer au moulinet de la critique les limites des réformes pompeusement annoncées comme porteuses d’équité et de justice sociale ? Ne s’est il pas évertué, du haut des tribunes et face à ses aficionados, à assimiler les journaux qui dénoncent ses manœuvres politiciennes à autant de machines qui recyclent les convictions forgées dans les arcanes d’un Etat profond qu’il est le seul à voir alors qu’il fait partie intégrante d’un système qui lui permet de gouverner ?
Jamais les médias n’ont été traités aussi bassement que lors du mandat de Benkirane qui aspirait à gouverner sans partage. C’est à dire en disposant des pleins pouvoirs qui le prédisposent à détruire la raison d’être d’un quatrième pouvoir qui se construit: la critique. Le leader islamiste diabolise à tout va ceux qui osent mettre en doute ses thèses, antithèses et synthèses. Et ce qui vaut pour les médias vaut aussi pour les politiques qui, le plus démocratiquement du monde, expriment ce que la majorité des Marocains taisent en ne se rendant pas aux urnes. C’est à dire leur rejet d’un projet idéologique qui ambitionne de les prendre en otages pour servir une construction d’arrière garde où la raison et la critique s’éclipseraient sous les coups d’une pensée passéiste des plus fermées. Avouez que par les temps des NBIC, summum du savoir humain qui forge l’espèce humaine de ce troisième millénaire, il y a de quoi se révolter lorsque le débat de société vole aussi bas chez nous, ne dépassant jamais les codes de la vertu idéalisée alors que la réalité des viols et autres dérives peuvent aisément être sondés à travers les chiffres réels des avortements…
Dire au leader des islamistes modérés qu’il a tout faux lorsqu’il se croit investi par le peuple dans sa grande majorité c’est déjà comploter contre lui, et contre la volonté populaire, alors que la réalité est tout autre. Le Maroc reste pluriel en comptant un pan de la population, éminemment libérale, mais aussi et surtout, un peuple de gauche victime de ses élites. Si véritable complot il y a, il est certainement à situer au niveau de tous ceux qui ambitionnent de faire écho ici d’un enfermement aveugle venu d’ailleurs. Le Royaume a toujours rejeté l’import de quelque franchise idéologique que ce soit. Et c’est bien là où réside tout le complot de ceux qui crient aux loups: en dupliquant des modèles faillis ailleurs!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici