Ratissage au nord du Niger: Niamey se frotte les mains…
Ratissage au nord du Niger: Niamey se frotte les mains…

L’armée nigérienne et ses partenaires français et américains remportent des victoires sur les djihadistes à la frontière nigéro-malienne.

Selon les autorités nigériennes, un grand ratissage a permis d’éliminer 18 djihadistes et de faire des prisonniers.
Une opération conjointe tripartite qui va se poursuivre selon des sources officielles.

Un mois après avoir perdu vingt-sept de ses frères d’armes à Baley Beri, près de Tongo Tongo, l’armée nigérienne avec l’appui de ses partenaires a pris sa revanche sur les djihadistes et récupéré son matériel perdu.
Dix-huit terroristes ont été tués et cinq fait prisonniers.
Pendant une dizaine de jours, la zone de Tongo Tongo, non loin de la frontière malienne, a été méthodiquement nettoyée.
Après avoir beaucoup contribué à réduire la capacité de nuisance des djihadistes en territoire malien, la force Barkhane a, pour la première fois mené des opérations conjointes avec l’armée nigérienne et l’appui technique américain.

« L’état de la coopération militaire entre le Niger et ses partenaires français et américain est excellent, pratique, efficace », estime un officiel nigérien.
« Une réussite totale », selon le ministre de la Défense nationale, Kalla Moutari.
Un succès qui intervient après une réunion de haut niveau sur la sécurité et qui a réuni autour du président Mahamadou Issoufou les diplomates français et américains accrédités au Niger et leurs conseillers militaires.

Au cours de cette réunion, le président Issoufou a expressément demandé à ses partenaires de changer d’approche dans le partenariat sécuritaire avec son pays.
De source sécuritaire, les choses se passent de manière pratique sur le terrain et le Niger nourrit l’espoir que cette coopération se poursuivra dans le sens de la destruction totale des djihadistes.

Face à la menace djihadiste qui pèse sur le pays et la recrudescence des attaques, certains acteurs de la société civile estiment que la dégradation du climat sécuritaire est en partie liée aux problèmes de gouvernance.
Mais le porte-parole du gouvernement, Zakaria Abdourhamane, ne voit pas de rapport entre les deux.
Jugeant que les forces nigériennes font bien leur travail et expliquant la résurgence d’attaques ces dernières semaines par les « faiblesses » des pays frontaliers.
« Comme je l’ai toujours dit, il faut considérer que notre pays est très bien gardé. C’est en fait qu’il y a au niveau de nos voisins un certain nombre de faiblesses. Voilà comment cela est possible ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.