Référendum au Chili La classe politique divisée
Référendum au Chili La classe politique divisée

Le président chilien a soutenu l’accord passé par les parlementaires, qui prévoit d’organiser un référendum, – pour ou contre une nouvelle Constitution -, qui remplacerait celle adoptée en 1980 en pleine dictature. Mais cet accord crée des tensions aussi bien au sein de la droite au pouvoir que parmi l’opposition.

La frange la plus radicale de la coalition de droite au pouvoir avait déjà eu du mal à accepter de signer vendredi un accord avec la plupart des partis politiques représentés au Congrès. Un accord qui prévoit d’organiser dès avril prochain un référendum pour demander aux Chiliens s’ils souhaitent oui ou non une nouvelle Constitution.

Si trois ministres du gouvernement de Sebastian Pinera ont dit publiquement ce week-end qu’ils voteraient « oui » à une nouvelle Constitution, l’Union démocrate indépendante (UDI) a rapidement réagi.
La présidente de ce parti fondé par le bras droit du général Pinochet, et père de la Constitution actuelle, a demandé publiquement au gouvernement de rester neutre sur ce sujet.

Mais c’est probablement l’opposition de gauche qui est la plus divisée concernant cet accord : les communistes ont refusé de signer et deux partis ont suspendu leur participation au Frente Amplio (en français : Front large), une jeune coalition qui avait obtenu plus de 16% des voix aux législatives, il y a deux ans.

Ainsi, la droite comme la gauche sont sous tension avant la campagne pour ce référendum qui pourrait permettre d’effacer pour de bon la Constitution héritée de la dictature sanglante de Pinochet (1973-1990)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.