Repositionnement US au Proche-Orient: Des navires et des hommes…
Repositionnement US au Proche-Orient: Des navires et des hommes…

À défaut de faire dans le «light foot print», l’administration US muscle sa présence dans la région proche-orientale.
Des renforts en matériel et en hommes ont été diligentés alors que le débat est engagé autour du départ des militaires US d’Irak.

Le groupe de frappe de l’USS Bataan et la 26e unité du Corps expéditionnaire de Marine, forte de 2.400 hommes, sont déployés au Moyen-Orient, prêts à faire face à des problèmes inattendus découlant de la spirale des tensions avec l’Iran et des réactions potentielles à la publication par Donald Trump du «Deal du Siècle», plan pour aboutir à une paix israélo-palestinienne.

Vendredi 24 janvier, le navire d’assaut amphibie USS Bataan , escorté par deux autres cuirassés, avait atteint la mer Rouge en face de la côte est de la péninsule arabique.
Ces bâtiments devaient prendre part à un exercice naval avec le Maroc, interrompu pour lancer leur nouvelle mission.

Les observateurs du renseignement américain pensent que l’Iran s’apprête à étendre ses attaques contre des cibles américaines et alliées, y compris Israël et l’Arabie saoudite, en augmentant le niveau de représailles, suite à de l’élimination du général Qassem Soleimani, le chef d’Al Qods, par les Américains, le 3 janvier.

Vendredi, le Pentagone a révélé que 34 militaires américains avaient souffert de «lésions cérébrales traumatiques» à la suite de frappes de missiles iraniens sur la base aérienne américaine Ain al-Asad en Irak le 8 janvier.
Plus tôt, seulement 11 militaires avaient été signalés comme blessés, tandis que le président US avait déclaré initialement, qu’aucun soldat US n’avait été blessé lors de l’attaque.

Le général Frank McKenzie, chef du Commandement central américain au Moyen-Orient, s’exprimant depuis le pont du Bataan, a déclaré: «Bien que la liquidation de Soleimani ait été dissuasive, l’Iran continue de représenter une menace très réelle.»

Les sources militaires de DEBKAfile attribuent, en outre, les derniers mouvements de troupes militaires US à une réévaluation des missions assignées aux forces américaines stationnées en Irak. Leur nouvelle orientation s’est déplacée vers la République kurde semi-autonome (GRK) dans le nord de l’Irak.
Les trois bases aériennes américaines dans d’autres parties du pays, Ain al Asad, Balad et Taiji, resteront sur place. Cependant, trois nouvelles bases américaines sont en construction au Kurdistan.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.