Retrait US de l’accord sur le climat: Moscou, Pékin et Paris
Retrait US de l’accord sur le climat: Moscou, Pékin et Paris

L’officialisation de la sortie des Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat représente un coup « sérieux » à ce pacte pour la lutte contre le changement climatique, a jugé mardi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

« Cela porte atteinte à l’accord de la manière la plus sérieuse qui soit, car il s’agit d’un pays leader en matière d’émissions » de gaz à effet de serre, a-t-il noté.
« Sans la plus grande économie au monde, il est même difficile de parler d’accord climatique », a ajouté le porte-parole lors de son briefing téléphonique quotidien à la presse.
De son côté, la Chine, premier émetteur mondial de gaz à effet de serre, a également «déploré» l’officialisation du retrait américain.
«Nous espérons que les Etats-Unis feront preuve de davantage de responsabilité et qu’ils contribueront davantage au processus de coopération multilatérale, au lieu d’ajouter de l’énergie négative», a indiqué devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Geng Shuang.
«Le changement climatique est un défi commun lancé à toute l’humanité, tous les membres de la communauté internationale doivent coopérer main dans la main», a-t-il en outre déclaré.

Même son de cloche à Paris, qui a dit «regretter» la décision américaine.
«Cela rend encore plus nécessaire le partenariat franco-chinois sur le climat et la biodiversité», a indiqué la présidence française alors qu’Emmanuel Macron entame ce 5 novembre à Shanghai la deuxième journée d’une visite en Chine.
La lutte contre le changement climatique devrait être au menu de l’entretien entre le chef d’Etat français et son homologue chinois Xi Jinping.
À cette occasion, les deux hommes devraient signer un texte commun sur le climat et la biodiversité, dont un paragraphe affirmera «l’irréversibilité de l’accord de Paris», selon l’Elysée.

Les Etats-Unis ont formellement notifié le 4 novembre à l’ONU leur sortie de l’accord de Paris sur le climat, décidée dès 2017 par le président Donald Trump.
Cette étape-clé, qui ne pouvait intervenir plus tôt en raison d’une clause inscrite dans le texte, enclenche un compte à rebours d’un an avant que Washington puisse effectivement quitter l’accord.

Le départ n’aura donc lieu au plus tôt que le 4 novembre 2020, au lendemain de la prochaine élection présidentielle aux Etats-Unis, lors de laquelle Donald Trump compte briguer un second mandat.

Les Etats-Unis sont le seul pays à se désengager de l’accord, qui a été signé par 197 pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.