Rien ne va plus entre Ankara et Washington: Succession de crises…

Rien ne va plus entre Ankara et Washington: Succession de crises…

Les autorités américaines ont annoncé jeudi avoir émis 12 mandats d’arrêt à l’encontre d’agents de sécurité du président turc Recep Tayyip Erdogan, suspectés d’avoir agressé le mois dernier à Washington des manifestants kurdes, à l’occasion du séjour américain du Président turc. Ce dernier n’est pas resté de marbre puisqu’il a tôt fait de dénoncer une telle mesure.
Coté américain, on signale que les gardes du corps et policiers du président turc qui ont été identifiés sur des vidéos, sont accusés d’être impliqués dans les violences qui s’étaient déroulées le 16 mai au soir, devant la résidence de l’ambassadeur de Turquie, où le chef de l’État turc s’était rendu après un entretien avec Donald Trump.
Pour Recep Tayyip Erdogan qui a violemment condamné l’émission de ces mandats d’arrêt a accusé la police américaine de n’avoir rien fait alors que des « terroristes » manifestaient contre lui.
La police de Washington avait déjà engagé des poursuites à l’encontre d’au moins quatre suspects d’origine turque, dont deux Américains et deux Canadiens.
Selon les témoignages et vidéos, des agents de sécurité turcs, souvent en costume sombre, avaient agressé les protestataires pacifiques, les frappant même à terre.
Après ces faits, le sénateur américain John McCain avait réclamé l’expulsion de l’ambassadeur de Turquie aux États-Unis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici