Risques climatiques: La banque centrale s'apprête à lancer une étude
Risques climatiques: La banque centrale s'apprête à lancer une étude

Le gouverneur de la banque centrale, Abdellatif Jouahri, a annoncé que son institution s’apprête à lancer une étude sur les risques climatiques dans le Royaume.

Il s’agit d’une étude nationale sur les risques climatiques au Maroc avec l’accompagnement d’experts internationaux », a précisé mercredi A. Jouahri lors d’une conférence internationale sur la finance verte à Rabat par Bank Al-Maghrib et l’Alliance pour l’Inclusion Financière (AFI). Pour lui, c’est un début d’un long processus et le chemin à parcourir reste encore très long pour commencer à réaliser des progrès significatifs dans la transition vers une économie plus résiliente et à bas carbone.

En effet les risques liés au changement climatique, qu’ils soient physiques, générés par les événements climatiques extrêmes, ou de transition, induits par la mutation vers des modèles économiques à bas carbone, sont complexes à appréhender et à mesurer.

Cette complexité est accentuée en l’absence d’un langage ou d’une taxonomie commune permettant de distinguer les actifs verts et bruns, d’un manque de données suffisamment granulaires et d’outils d’évaluation de ces risques, dont la nature est certaine mais dont l’ampleur et les impacts sur le secteur financier restent mal cernés.

Pour le Wali de BAM, appréhender la problématique du changement climatique implique de comprendre les changements structurels qui vont devoir affecter le système financier et plus largement l’économie et qui vont interpeller Bank Al-Maghrib au niveau de la conduite de ses missions fondamentales, tant en matière de stabilité des prix, de stabilité financière que d’inclusion financière.
Les initiatives en faveur du verdissement du système financier au Maroc, a-t-il dit, ont d’abord été individuelles et éparses avant d’être fédérées à travers l’adoption d’une feuille de route nationale engageant les acteurs publics et privés concernés, il y a maintenant, de cela 3 ans, à l’occasion de la COP22 à Marrakech.

A. Jouahri a, dans ce sens, relevé que Bank Al-Maghrib travaille actuellement à l’élaboration d’une directive réglementaire énonçant ses attentes dans ce domaine en tant que régulateur pour accélérer la prise en compte des enjeux climatiques par le secteur bancaire.

Pour rappel, le Maroc a adopté cette année un Plan climat national à horizon 2030 qui vise à assurer l’adaptation des secteurs les plus touchés, à savoir l’eau, l’agriculture et la pêche, ainsi que l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre principalement par les secteurs de la production d’électricité, du transport et de l’agriculture.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.