Riyad et le « Deal du siècle »: A. Al-Jubeir y décèle des « éléments positifs »

Riyad et le « Deal du siècle »: A. Al-Jubeir y décèle des « éléments positifs »
Riyad et le « Deal du siècle »: A. Al-Jubeir y décèle des « éléments positifs »

Un haut diplomate saoudien a déclaré jeudi qu’il y avait des « éléments positifs » dans le plan de paix de l’administration Trump qui pourraient former la base de nouvelles négociations entre Israël et les Palestiniens.

« Il y a des éléments positifs dans le plan de paix de Trump », a déclaré Adel Al-Jubeir, le ministre d’État saoudien aux Affaires étrangères, lors d’une visite en Roumanie. « Ces éléments peuvent établir une base de négociation entre les deux parties ».

Cependant, il a également noté que « les Palestiniens ont rejeté ce plan et ont clairement fait savoir qu’il ne répondait pas à leurs exigences ».

A. Al-Jubeir, qui a précédemment été ministre des Affaires étrangères et ambassadeur d’Arabie Saoudite à Washington, a souligné « qu’il est de notre devoir de soutenir les Palestiniens ».

L’Arabie saoudite défend depuis longtemps l’Initiative de paix arabe, sa proposition de 2002 qui incitait à la normalisation des relations avec Israël en échange de la création d’un État palestinien sur les bases de 1967 et d’une solution « juste » à la question des réfugiés palestiniens.

Rompant avec les administrations américaines précédentes, le plan Trump envisage la création d’un État palestinien dans environ 70 % de la Cisjordanie, une poignée de quartiers de Jérusalem-Est, la majeure partie de Gaza et certaines zones du sud d’Israël – si les Palestiniens reconnaissent Israël comme un État juif, désarment le Hamas et d’autres groupes terroristes dans l’enclave côtière, et remplissent d’autres conditions. Comme il permet également à Israël d’annexer des implantations, accorde à l’État juif la souveraineté sur la vallée du Jourdain et un contrôle de sécurité primordial à l’ouest du fleuve, et interdit aux réfugiés palestiniens de s’installer en Israël.

Les Palestiniens ont fermement rejeté le plan, le considérant comme biaisé envers Israël, et ont cherché à susciter une opposition internationale à la proposition.

Quelques jours après la publication du plan, l’Arabie saoudite s’est jointe à d’autres États de la Ligue arabe pour le rejeter à l’unanimité, affirmant que la proposition ne « répondait pas aux droits et aspirations minimums du peuple palestinien ».

 

Dans sa réaction initiale au plan, l’Arabie saoudite a exprimé son soutien de longue date au « peuple palestinien frère », et a déclaré qu’elle soutenait « tous les efforts visant à parvenir à une résolution juste et globale de la cause palestinienne ».

« Le Royaume apprécie les efforts de l’administration du président Trump pour développer un plan de paix global entre les parties palestinienne et israélienne ; et encourage le début de négociations de paix directes entre les parties palestinienne et israélienne, sous les auspices des États-Unis », a déclaré le ministère saoudien des Affaires étrangères dans un communiqué le 28 janvier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.