Saisie avortée d’un tanker britannique: Téhéran dément ce que Londres craint… 
Saisie avortée d’un tanker britannique: Téhéran dément ce que Londres craint… 

Le département des communications du corps des Gardiens de la révolution islamique a démenti les informations selon lesquelles cinq bateaux iraniens ont tenté de saisir un pétrolier britannique dans le Golfe, selon l’agence Fars.

Le corps des Gardiens de la révolution islamique (GRI) a répondu jeudi 11 juillet dans un communiqué aux informations de certains médias occidentaux d’après lesquelles cinq de ses bateaux ont tenté de saisir un pétrolier britannique et que cette tentative a été déjouée après l’intervention de la frégate HMS Montrose de la Royal Navy, a annoncé l’agence Fars. Selon les GRI, leurs patrouilles n’ont rencontré dans la région ces dernières 24 heures aucun navire étranger, britannique compris.
Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif cité par Fars a signalé à ce propos que les accusations contre les Gardiens de la révolution islamique d’avoir tenté de s’emparer d’un pétrolier britannique visaient à rendre la situation encore plus compliquée.
CNN avait précédemment rapporté, en se référant à deux responsables américains directement informés de l’incident, que cinq bateaux du corps des Gardiens de la révolution islamique iraniens avaient tenté mercredi 10 juillet de s’emparer d’un pétrolier britannique dans le Golfe.
Selon CNN, le pétrolier British Heritage quittait le golfe Persique et pénétrait dans la région du détroit d’Ormuz lorsqu’il a été approché par des bateaux iraniens.
Ceux-ci ont ordonné au pétrolier de changer de cap et de s’arrêter dans les eaux territoriales iraniennes voisines, selon les responsables.
Un avion américain survolait la zone et a pu enregistrer une vidéo de l’incident, toutefois CNN n’a pas vu cette séquence.
CNN relate que la frégate britannique HMS Montrose de la Royal Navy qui escortait le pétrolier s’est positionnée entre ce dernier et les navires iraniens.
Elle leur a lancé des avertissements verbaux auxquels les navires des Gardiens de la révolution auraient obtempéré.

Le 9 juillet, l’Iran a promis de répondre à la saisie à Gibraltar du pétrolier Grace 1.
Le 4 juillet, des responsables espagnols avaient déclaré que le Grace 1, un pétrolier battant pavillon panaméen et transportant du pétrole iranien en Syrie, avait été arraisonné par des patrouilleurs britanniques au large de Gibraltar, sur consigne des États-Unis.
Dans un communiqué, le gouvernement de Gibraltar, territoire britannique situé à la pointe sud de l’Espagne, a affirmé que, selon ses estimations, les cuves du Grace 1 pouvaient contenir du pétrole destiné à la raffinerie syrienne de Banyas.
En réaction à l’arraisonnement de ce navire, Téhéran a convoqué l’ambassadeur du Royaume-Uni en Iran pour dénoncer «l’interception illégale d’un pétrolier iranien», selon le porte-parole des Affaires étrangères iraniennes.
D’une capacité de 300.000 tonnes, le Grace 1 bat pavillon panaméen et est exploité par la compagnie IShips Management Pte Ltd, établie à Singapour, d’après les banques de données du transport maritime.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.