Samedi noir à Kerbala: Un romancier irakien assassiné par balles

Samedi noir à Kerbala Un romancier irakien assassiné par balles
Samedi noir à Kerbala Un romancier irakien assassiné par balles


L’exécution du romancier irakien Alaa Mashzoub, abattu de 13 balles dans la ville sainte chiite de Kerbala samedi soir, a suscité l’émoi et l’indignation du milieu culturel.

L’écrivain quinquagénaire était connu pour son regard critique sur la politique et la religion dans son pays. Le romancier prolifique a été abattu par un individu circulant à moto, après avoir quitté un évènement littéraire dans la ville.
«Cette tuerie n’a pas encore été revendiquée et l’on ignore quel est le mobile du crime», selon la police de Kerbala. «On assassine la parole libre, belle et honnête», a affirmé à l’AFP Ali Lefta Saïd, lui-même écrivain, qui a participé à un sit-in avec d’autres intellectuels et artistes de Kerbala, à une centaine de kilomètres au sud de la capitale Bagdad. «Il faut être bien lâche pour tirer avec une arme sur quelqu’un qui n’a que des mots et des rêves», a écrit sur sa page Facebook Ahmed Saadawi, dont le roman Frankenstein à Bagdad a connu le succès bien au-delà des frontières irakiennes. «Honte aux meurtriers et honte aux autorités si elles ne les trouvent pas et ne les jugent pas rapidement», a-t-il ajouté.
Les hommages rendus à ce grand amoureux de Kerbala se multiplient. Tout comme les messages d’indignation, jusqu’au sein du Parlement où la commission en charge de la Culture assure suivre l’enquête. «La scène culturelle a perdu un auteur et créateur original», a déclaré dimanche le ministre de la Culture et du Tourisme, Abdoul Amir al Hamdani. En revanche, tous se refusent à pointer du doigt de potentiels coupables, se contentant d’évoquer «des parties non identifiables» dans un pays ravagé par les violences depuis des décennies et où se sont multipliés les groupes armés aux diverses allégeances.
Cet écrivain audacieux était connu pour ses critiques vis-à-vis de l’ingérence étrangère dans les affaires du pays. Il n’avait pas peur de parler de tabous politiques et religieux dans ses écrits.
L’Union des écrivains d’Irak a condamné l’assassinat et reproché aux forces de sécurité de ne pas assurer efficacement la sécurité des intellectuels. Alaa Mashzoub, actif au sein de la société civile de Kerbala, est l’auteur de plusieurs romans et recueils de nouvelles qui lui ont valu des prix littéraires dans son pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.