Séisme dans le secteur automobile: Nissan se sépare de Ghosn, en détention…

Séisme dans le secteur automobile Nissan se sépare de Ghosn, en détention…
Séisme dans le secteur automobile Nissan se sépare de Ghosn, en détention…

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

 Le conseil d’administration du géant de l’automobile Nissan réuni jeudi 22 novembre a limogé son emblématique président Carlos Ghosn, détenu à Tokyo pour des malversations présumées, une déchéance jusque-là inimaginable pour l’homme qui a sauvé le constructeur japonais. La réunion s’est tenue au siège du groupe à Yokohama, en banlieue de la capitale japonaise, autour de six hommes et une femme. Arrêté lundi, Carlos Ghosn est resté silencieux depuis, dans sa cellule d’un centre de détention de Tokyo, pendant que son règne est mis en pièces.

Les révélations dans les médias japonais sur les méfaits dont se serait rendu coupable le magnat de 64 ans font florès. Officiellement, le Franco-Libano-Brésilien est accusé d’avoir, avec des complices, « minimisé sa rétribution à cinq reprises entre juin 2011 et juin 2015 », en déclarant une somme totale de 4,9 milliards de yens (environ 37 millions d’euros) au lieu de près de 10 milliards de yens.

Mais il est aussi soupçonné d’abus de biens sociaux, d’après les résultats de l’enquête interne conduite par Nissan au cours des derniers mois. Mercredi, le tribunal de Tokyo a décidé de prolonger de 10 jours sa garde à vue afin de poursuivre les investigations. Et sa détention pourrait se prolonger bien au-delà, en vertu des règles du système judiciaire japonais.

Du côté des autres membres d’une alliance forte de 450 000 hommes, Mitsubishi Motors (MMC) prévoit également de « démettre rapidement » son président. Un conseil doit se tenir la semaine prochaine, selon un porte-parole de la société. Chez Renault, la prudence est pour l’instant de mise. Le conseil d’administration a demandé à Nissan « de lui transmettre l’ensemble des informations en sa possession dans le cadre des investigations internes dont M. Ghosn a fait l’objet ».

Estimant ne pas être en mesure de se prononcer sur le fond de l’affaire, le constructeur français a pris des mesures pour assurer l’intérim, confié à son numéro deux, Thierry Bolloré. Le gouvernement français tentait mercredi de se montrer rassurant quant à l’avenir du constructeur au losange, dont l’Etat détient 15%.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.