Sport automobile: Tout dérape…

Sport automobile: Tout dérape…

Rien ne va plus au sein de la Fédération royale marocaine des sports automobiles (FRMSA). Les dérapages incontrôlés ont fini par user les membres de cette vénérable fédération qui ont décidé de la boycotter. Désormais, les pilotes nationaux en rogne contre les scandales qui émaillent le tableau de bord de la fédé sont décidés à passer outre en organisant eux-mêmes ‘leurs propres évènements sur un espace privé financé par leurs moyens personnels: « Les Tracks Days ». Dans un lettre adressée au ministre en charge du Sport, les pilotes ne cachent pas les raisons d’une telle fronde qui vrombit depuis plusieurs mois. « Nous avons décidés de ne plus prendre part aux évènements organisés par la FRMSA afin de ne plus servir d’alibi pour tout type de détournement ou dilapidation de fonds publics », lit-on dans la lettre. Autant dire que le pilotage automatiquement hasardeux de ladite fédé a contribué, précise la lettre, « à faire plonger cette honorable institution qu’est la Fédération Royale Marocaine des Sports Automobiles gardienne de 100 ans d’histoire automobile dans notre pays. »
La démarche des frondeurs s’arme de patriotisme et appelle la tutelle à « faire cesser les agissements hors la loi de cette minorité d’intrus » qui s’allie au directeur des sports du ministère qui torpille ainsi une discipline des plus prestigieuses à l’international. On reproche au bureau fédéral d’être rarement en adéquation avec les textes et lois régissant la fédération. « Depuis trop longtemps nos statuts sont bafoués et les mêmes personnes contreviennent à toutes les lois les régissant », signale la lettre. Foin du respect du contrat cadre qui vise entre autres la tenue d’une assemblée générale au minimum une fois l’an au mois d’octobre permettant d’entériner toutes les décisions du bureau fédéral.
L’Assemblée légale n’a toujours pas été tenue depuis 2014 quand bien même des rappels, suivant scrupuleusement la procédure statutaire par la majorité des associations composant la FRMSA, ont été faits. Voilà pourquoi l’affaire a été portée en justice. Les associations de pilotes pointent du doigt nombre d’anomalies tels la mise à l’écart des associations productives, le refus d’affilier les associations des pilotes dûment constituées, l’exclusion d’un trésorier nommé par l’assemblée générale en nomment à sa place un membre dont le quitus financier à été refusé par l’assemblée générale précédente, la nomination du dernier président alors que l’Assemblée avait rejeté rapport moral et financier de l’ancien bureau, la cooptation de membres loufoques à la FIA, etc.
Plus, aucun audit légal sur les 5 dernières années n’a été réalisé afin de légitimer le nouveau bureau.
Youssef Alaoui, Président Association Nationale des Pilotes Marocains, est inquiet quant à l’évolution de cette discipline sportive. Les pilotes sont déçus, les promoteurs inquiets et les partenaires fuient…
Voilà pourquoi la réaction de l’autorité de tutelle est exigée. Serait-ce un luxe ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.