Sport de haut niveau: Quid de l’examen médical ?

Sport de haut niveau: Quid de l'examen médical ?
Sport de haut niveau: Quid de l'examen médical ?

Composante incontournable dans l’encadrement technique, la médecine du sport est le parent pauvre du sport au Maroc. Le suivi médical est souvent relégué au second plan en cédant la place à l’ésotérisme et aux aux réflexes intuitifs des dirigeants intrus et de pseudos techniciens !

Si l’on devrait faire fi de la plupart des clubs qui n’ont pas les moyens pour assurer un suivi et un contrôle à leurs sportifs de toutes catégories confondues, on ne peut tolérer l’absence de dossier médical pour la plupart des sportifs de haut niveau. Une contrainte qui bien légiférée dans la loi 30-09 et qui est entrée en vigueur depuis la promulgation de l’arrêté viziriel en 2015.
Hélas, on galvaude le rôle du médecin du sport qui ne se limite pas à s’occuper des bobos mais à être un protagoniste dans l’encadrement technique.
C’est au ministère de la Jeunesse et des Sports d’imposer cette contrainte au CNOM, la confédération des fédérations sportives ! C’est d’autant plus un préalable qui doit exigé à tout sportif par la Commission Nationale du Sport de Haut Niveau.
Le sport de haut niveau est une chose trop sérieuse pour la laisser aux dirigeants bénévoles et amateurs.
Le sport de haut niveau est une chose trop sérieuse pour la laisser aux dirigeants bénévoles et amateurs. Un examen médical réalisé deux fois par an par un médecin diplômé en médecine du sport. Il doit comprendre un entretien, un examen physique, un examen psychologique (pour les sportifs mineurs), des mesures anthropométriques, un bilan diététique, des conseils nutritionnels et une recherche par bandelette urinaire de protéinurie, glucosurie, hématurie et nitrites;
  1. Une prise de sang par an pour les sportifs ayant plus de quinze ans / moins de 15 ans la recherche de bandelette urinaire est suffisante
  • numération formule sanguine
  • réticulocytes
  • ferritine

2. Un examen dentaire certifié par un spécialiste

3. Un entretien
4. Un examen physique
5. Un électrocardiogramme standardisé de repos (avec compte rendu) et un examen psychologique (pour les sportifs majeurs). Objectif:
  • Détecter des difficultés psychopathologiques et des facteurs personnels et familiaux de vulnérabilité ou de protection;
  • Prévenir des difficultés liées à l’activité sportive intensive;
  • Orienter vers une prise en charge adaptée si besoin.
6. Des mesures anthropométriques
7. Un bilan diététique, des conseils nutritionnels.
Tout celà, on le trouve dans le texte qui régit le dossier médical du sportif licencié. Un texte qui demeure lettre morte. La balle est dans le camp de Rachid Talbi Alami, ministre de la Jeunesse et des Sports, qui fait du bon boulot pour moderniser la gouvernance des fédérations sportives, longtemps engluée dans l’improvisation et les dérives. Vaste chantier qui a énormément besoin de grandes ressources humaines, infrastructurelles et financières….

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.