Sport et Gouvernement: Peut-on parler de bilan?

Sport et Gouvernement: Peut-on parler de bilan?
Peut-on parler de bilan de quatre mois dans le secteur du sport suite à  la présentation récente faite par le Chef du gouvernement, Saad Eddine El Outhamani  ? Trop beau pour être vrai.
De prime abord, il serait absurde de discuter du bilan gouvernemental en matière du sport même s’il s’étale sur plusieurs années. Un Conseil du Gouvernement qui n’a jamais procédé à délibérer sur la stratégie à adopter pour assurer la relance du sport, un fait social global. C’est d’autant plus au Conseil du Gouvernement ( Article 92 de la Constitution ) de soumettre au Conseil des ministres le choix stratégique pour booster le sport et ne soit plus l’apanage de ministres partisans mais d’une vision multidimensionnelle de l’Etat.
Et il ne revient pas uniquement au ministère de la Jeunesse et des Sports, chargé de la régulation régalienne et de la promotion du terrain, mais d’autres départements publics dont les politiques ne sont pas coordonnées. Les collectivités territoriales ,entre autres ( Régions, Communes, Conseils provinciaux ou préfectoraux) , sont concernées mais ces dernières trempent dans la rente en utilisant les subventions pour des fins souvent politiciennes. A l’heure de la régionalisation avancée,  le sport est aussi le parent pauvre du fait qu’il n’a pas droit au chapitre dans les STATUTS ( Shemas Régionaux de l’Aménagement du Territoire ). Tout le système souffre d’un jacobinisme qui n’a jamais dit son nom. Et le drame, c’est que l’on persiste à tâtonner et à galérer sur fond de coûts publics démentiels sans résultats probants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.