Stocks de pêche en Méditerranée: Ce que prévoit le menu de Marrakech
Stocks de pêche en Méditerranée: Ce que prévoit le menu de Marrakech

La capitale des Almoravides a abrité deux jours durant une réunion capitale pour le devenir de la pêche en Méditerranée. La protection des stocks de pêche était au menu. La surpêche menace l’équilibre de la biomasse.

Les représentants des 16 pays signataires de la déclarations de Malte MedFish4Ever/2017 se sont donné rendez-vous à Marrakech les 11 et 12 juin pour établir un bilan d’étape lié à la protection des stocks de poissons en Méditerranée.Et, partant, établir une feuille de route pour lutter, dans les dix années à venir, contre le dépeuplement marin du Mare Nostrum.

Les experts tablent aussi sur la mise en place d’un système de collecte des données et d’évaluation scientifique régulière des stocks de poissons et entendent en finir d’ici 2020 avec la pêche illégale.

Un soutien financier aux petits pêcheurs et aquaculteurs est ainsi programmé au même titre que la mise sur pieds de plans de gestion pluriannuels des principales espèces.

La situation est jugée inquiétante puisque pas moins de 90% des espèces de poissons pêchées en Méditerranée sont lourdement menacées par la surpêche.

La Conférence organisée par la FAO (Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) et la CGPM (Commission générale des pêches pour la Méditerranée) sont échaudés par les dégâts causés à l’équilibre de la biomasse de part et d’autre de la Méditerranée.

Albanie, Algérie, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Chypre, Espagne, Egypte, France, Grèce, Italie, Malte, Monaco, Monténégro, Maroc, Slovénie, Tunisie, Turquie, Commission européenne, FAO et GFCM étaient représentés à ce rendez-vous de Marrakech.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.