Tension entre Washington et Téhéran: D. Trump souffle le chaud et le froid
Tension entre Washington et Téhéran: D. Trump souffle le chaud et le froid

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

Depuis Tokyo, Donald Trump a annoncé lundi 27 mai sa volonté d’engager des pourparlers avec Téhéran lequel l’appelle également de ses vœux. Il a précisé ne pas vouloir que «des choses terribles se produisent».

Après une rencontre avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe à Tokyo, l’hôte de la Maison Blanche a évoqué la possibilité de négociations avec Téhéran, selon l’Associated Press.
«Le Premier ministre m’en a déjà parlé et je crois que l’Iran veut négocier. Et s’il veut négocier, nous voulons aussi négocier […] Personne ne veut que des choses terribles se produisent, en particulier moi», a-t-il déclaré.
Le Président US a aussi assuré ne pas chercher «un changement de régime» en Iran.

Les tensions américano-iraniennes sont montées d’un cran suite à la décision des États-Unis de reconnaître les Gardiens de la révolution islamique comme organisation terroriste.
Le Conseil suprême iranien de sécurité nationale avait réagi à son tour en qualifiant le Commandement central des États-Unis (CENTCOM) d’organisation terroriste et les États-Unis d’«État sponsor du terrorisme».
Les États-Unis ont par la suite déployé au Moyen-Orient un navire de guerre transportant des véhicules, notamment amphibies, et une batterie de missiles Patriot, ainsi qu’un porte-avions.
Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a déclaré que l’envoi de renforts militaires américains au Moyen-Orient était une «menace pour la paix internationale».
«L’accroissement de la présence américaine dans notre région est très dangereux et constitue une menace pour la paix et la sécurité internationales à laquelle il faut faire face», a-t-il déclaré, lors d’une visite au Pakistan.

Expliquant que l’Iran cherchait à tisser des relations équilibrées avec ses voisins du Golfe, le ministre iranien des Affaires étrangères a proposé d’échanger avec eux des garanties de non-agression.
Il a également assuré que Téhéran se défendrait contre tout «effort de guerre» dirigé contre lui.

Pour rappel, Washington a durci les sanctions contre Téhéran.
Fin avril, la Maison-Blanche a annoncé qu’à partir du 2 mai il n’y aurait pas d’exemption pour les importateurs de pétrole iranien.Ce qui a poussé l’Iran a affirmer le 8 mai qu’il cessait d’appliquer plusieurs points du Plan d’action global commun (JCPOA), notamment ceux ayant trait à ses réserves d’eau lourde et d’uranium enrichi.
Il a souligné qu’il ne se sentait plus lié par les limitations imposées par le document.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.