«The Ghost in the Shell»: L’esprit manga…

« The Ghost in the Shell » est réalisé sur la base du manga de Masamume Shirow. Adepte du cyberpunk, Masamume a créé une superhéroïne, Motoko Kusanagi, qui est en fait une cyborg sculpturale dotée d’une âme (le « Ghost ») dans une enveloppe androïde (le « Shell »). Membre d’une unité d’élite, la section 9, pourvue de capacités physiques et intellectuelles prodigieuses, elle traque les cybercriminels, et notamment le mystérieux Marionnettiste, une redoutable intelligence artificielle.
Au fil des années, depuis sa première parution dans la presse japonaise en 1989, le manga a surtout frappé les imaginations par sa stupéfiante capacité à anticiper le développement d’un réseau mondial interconnecté. Son adaptation très attendue en film live, après plusieurs films d’animation par le maestro Mamoru Oshii (avec une mention à Innocence, présentée en compétition officielle à Cannes en 2004), décevra de ce point de vue les puristes. Son intrigue linéaire et académique, destinée à satisfaire le public le plus large, lui fait gagner en limpidité ce qu’il perd en obscurité poétique.
Le choix de Scarlett Johansson pour incarner « le Major » Motoko a été défendu par Mamoru Oshii. Pour Steven Paul, l’un des producteurs du film, Ghost in the Shell avait une dimension universelle, perceptible dans le casting qui propose des stars américaines (Johansson, Michael Pitt), japonaises ( Takeshi Kitano, Kaori Momoi), danoises (Pilou Asbæk,) et même françaises (Juliette Binoche). Le transhumanisme mondialisé qui colore le film se traduit par la modification incessante du corps des personnages. Mais c’est en Scarlett Johansson que s’épanouit idéalement cette hybridité. Son corps sublime – mais désexualisé – multiplie les prouesses athlétiques alors que l’actrice semble absente à elle-même.

 

[fvplayer src= »https://www.youtube.com/watch?v=J6wHXJR2-K8″]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.