Tout n’est pas bon dans le cochon: La saignée du H1N1


Lorsque les Marocains éternuent, nos ministres ne toussent pas. Il n’y a qu’à les regarder dimanche lors de la tournée orchestrée par Saad Eddine El Othmani et Anas Doukkali au CHU de Rabat pour constater qu’ils pètent la santé, eux. Ils irradient tellement fort qu’ils ne pouvaient s’empêcher de faire preuve d’empathie envers une opinion en proie à une forte crainte !
Pourtant, le H1N1 dont la virulence a été testée grandeur nature sous nos cieux réserve bien des surprises à nos responsables habitués à servir assurances et boniments. On déplore déjà 11 morts. Et la liste risque de s’allonger… Non pas faute de médicaments, mais à cause de leur coût. Rien que pour le diagnostic, le privé exige 3.000 Dh, -soit bien plus que le Smig !-, alors que le public en réclame, lui, un peu plus de la moitié de ladite somme. Que du pain béni pour les laboratoires. Et c’est bien là où on découvre que le RAMED est démonétisé.


Face à tout cela, on se contente du côté du ministère de la Santé de rassurer. En tout et pour tout ce ne sont que 58 cas déclarés IRAS, c’est-à-dire souffrant d’infection respiratoire aiguë sévère. Dès lors, RAS pour les millions d’autres de nos concitoyens qui ont en grippe l’état délétère dans lequel la gestion des affaires publiques telle qu’elle s’est et s’opère toujours, les a plongés depuis des décades durant.


La faute à qui dans ce drame qui s’opère sous nos yeux ? Nul besoin de remonter le temps pour y voir les séquelles d’un processus qui a démarré depuis quelques années déjà. Avant de s’accélérer avec l’Exécutif piloté par nos islamistes dont la foi, en le libéralisme, demeure inébranlable. Que l’on se souvienne du jour où l’on décida d’économiser jusque dans le titre du portefeuille de la Santé en le privant de son traditionnel pendant public. Depuis, on a ouvert la voie royale aux investisseurs privés pour qu’ils se fassent une santé. Sur le dos des miséreux qui troquent tout pour bénéficier des soins. Ni le chef du gouvernement ni le ministre de la Santé ne soutiendraient le contraire…
Ce que dit le communiqué de la Santé
Le ministère de la Santé précise dans un communiqué qu’un total de 58 cas d’Infection respiratoire aiguë sévère (IRAS), ont été pris en charge dans les hôpitaux publics et cliniques privées. Sur ces patients testés positifs au sous-type A(H1N1), 15 patients se sont complètement rétablis, 32 sont toujours sous traitement et 11 autres patients sont décédés, a ajouté, dimanche, le ministère de la Santé. La même source souligne que les « décès sont dus a des complications en relation avec, au moins, un facteur de vulnérabilité, à savoir la grossesse, les maladies chroniques, l’âge avancé et le très jeune âge ».


La même source indique par ailleurs que ces cas se répartissent sur diverses provinces du Royaume avec quatre cas à Casablanca, trois à Tanger et un cas respectivement dans les villes de Rabat, Fès, Tantan et Azilal. Néanmoins, face à la hausse du sentiment d’inquiétude, le ministère précise que « la situation épidémiologique actuelle demeure habituelle, en comparaison avec les saisons précédentes et avec la situation mondiale rapportée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ».
« L’échantillon de 684 spécimens prélevés chez les patients présentant un syndrome grippal ou une IRAS a révélé la présence du virus grippal dans 160 échantillons, soit 23,3% de positivité, fait savoir le ministère, notant que 97,5% des virus identifiés étaient de type A contre 2,5% de type B. Parmi les virus de type A, le sous-type A(H1N1) représente 78,8% et le sous-type A (H3N2) représente 21,2% », ajoute la même source.


Dans le cadre du dispositif national de veille et le système de surveillance de la grippe saisonnière, tous les patients présentant un tableau d’IRAS et nécessitant un traitement antiviral, auront accès aux traitements au niveaux des hôpitaux publics et des cliniques privées à travers les grossistes répartiteurs.
Par ailleurs, le ministère de la Santé continue de rappeler l’importance des mesures d’hygiène générale pour la prévention de la grippe saisonnière et de la vaccination, particulièrement indiquée pour les sujets vulnérables et tant que la saison grippale n’est pas révolue.
Pour plus d’informations et de conseils à ce sujet, les citoyens peuvent contacter le numéro économique mis en place par le ministère de la Santé : 080 100 47 47, conclut le communiqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.