Trafic des médicaments en Afrique: O. Hilale au Togo
Trafic des médicaments en Afrique: O. Hilale au Togo

Le président de la République du Togo, Faure Gnassingbé, a reçu, vendredi en audience, l’ambassadeur Omar Hilale, président du Conseil Exécutif de l’UNICEF, en prélude au Sommet sur « la lutte contre le trafic de médicaments de qualité inférieure et falsifiés », organisé à Lomé les 17 et 18 janvier par la Fondation Brazzaville.

À cette occasion, le président togolais s’est félicité des relations solides d’amitié, de coopération et de respect mutuel qu’entretiennent le Togo et le Maroc, sous la conduite éclairée du Roi Mohammed VI, en soulignant l’intérêt particulier qu’accorde le Togo au renforcement de la dynamique de partenariats fructueux dans le domaine de la santé.
Le chef de l’Etat togolais a ainsi chargé l’ambassadeur O. Hilale de transmettre ses salutations fraternelles au Roi Mohammed VI.

De son côté, l’ambassadeur a assuré le président du Togo de l’appui du Conseil Exécutif de l’UNICEF à son Initiative contre le trafic de faux médicaments.
Il n’a pas manqué également de le féliciter pour son engagement personnel à fédérer les énergies pour une lutte efficace contre ce trafic, comme en témoigne la tenue à Lomé de ce Sommet de haut niveau.
Comme il a assuré le chef d’Etat togolais qu’il peut compter sur la coopération avec le Maroc dans le domaine de la santé, affirmant le Royaume sera l’avocat de ladite Initiative, tant au sein de l’Unicef qu’auprès des Nations-Unies.

Le Sommet sur «la lutte contre le trafic de médicaments de qualité inférieure et falsifiés» a été ouvert par le président Gnassingbé, avec la participation des chefs d’Etat des Républiques du Sénégal, Macky Sall, et de l’Ouganda, Yoweri Museveni.
Les présidents des autres pays partenaires de l’Initiative, la Gambie, le Ghana, le Congo et le Niger, se sont faits représenter par leurs ministres de la santé.
Le Prince Michael de Kent et Jean-Yves Olivier, respectivement président d’honneur et président-fondateur de la Fondation Brazzaville, ainsi que le Directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et d’éminentes personnalités et experts du monde de la santé ont, également, pris part à ce Sommet.

Cette rencontre se veut une initiative continentale visant à jeter les bases d’une synergie d’action transfrontalière et d’une collaboration internationale contre le fléau des faux médicaments, qui tue des centaines de milliers d’Africains chaque année.
L’Initiative de Lomé vise à doter les populations d’un arsenal juridique panafricain et international à la hauteur des enjeux, qui permet de combler le fossé entre la gravité du phénomène et les sanctions prises contre les trafiquants.

Lors de son intervention devant les Chefs d’Etat, O. Hilale a dit être venu transmettre «le message de soutien et de solidarité» du Conseil Exécutif de l’UNICEF, qu’il préside, à l’Initiative de Lomé sur la lutte contre le trafic de médicaments de qualité inférieure et falsifiés, qui affectent des millions d’enfants et de femmes, qui sont au cœur du mandat de l’UNICEF.
Le trafic de faux médicaments est considéré par les Nations-Unies comme l’un des trois activités illégales les plus dangereuses et les plus lucratives au monde, au même titre que le trafic des stupéfiants ou des armes, a fait observer le diplomate marocain.

La séance d’ouverture du sommet a également été marquée par la projection d’un message vidéo de la Directrice générale de l’UNICEF, Henrietta Fore.
Les travaux de cette rencontre de deux jours ont été couronnés par l’adoption d’une Déclaration Politique et la signature d’un accord cadre sur la criminalisation du trafic des faux médicaments par les présidents du Togo, du Sénégal et de l’Ouganda et les ministres de la santé de la Gambie, du Ghana, du Congo et du Niger

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.