Transit des MRE : Assurer confort et quiétude à la diaspora

Transit des MRE : Assurer confort et quiétude à la diaspora

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

Entre juin et septembre, le temps que dure l’opération « Marhaba 2016 », tout est entrepris pour assurer à la diaspora marocaine un retour au pays des plus confortables. Les moyens mobilisés pour ce faire ne sont pas négligeables.
Comme à l’accoutumée, l’opération d’accueil des Marocains résidant à l’étranger (MRE) « Marhaba 2016″ a démarré, officiellement, au port de Tanger-Med. Ce qui se traduit par une kyrielle de mesures visant, toutes, à garantir la fluidité du trafic des passagers et des véhicules dans des conditions de confort et de sécurité. On a beau dire que l’affaire est bien rodée, l’ensemble des acteurs impliqués dans l’opération doivent toujours s’assurer que l’intendance suit sans coup férir. Car il faut être aux petits soins à l’accueil de ces dizaines de milliers de concitoyens qui travaillent dur ailleurs tout en rêvant de longs mois durant de retrouver, ici, les leurs. C’est bien ça l’appel de la mère patrie. Pour ce faire, autorités portuaires et aéroportuaires, en coordination avec la Fondation Mohammed V pour la solidarité, Gendarmerie Royale, Direction générale de la sûreté nationale et Administration des douanes, ont pris une batterie de mesures idoines. Renforcement des ressources humaines, réactivation des espaces d’accueil et aménagement des aires de repos, sont autant de mesures prises pour accueillir les MRE dans les meilleures conditions qui soient. Au ministère en chargé des MRE et de l’immigration, les préparatifs de l’opération « Transit 2016 » ont été préparés d’avance pour que tout soit réglé comme du papier à musique. Anis Birou avait annoncé, en effet, qu’un plan de navigation maritime a été mis en place pour bien canaliser les flux. Ledit plan repose sur la mobilisation de 27 navires garantissant la liaison entre 10 lignes maritimes avec une capacité d’accueil de plus de 60.000 passagers par jour, soit une augmentation de 12% par rapport au plan d’action 2015. Une proactivité à saluer à sa juste valeur. D’ailleurs, il est fort à propos de rappeler que le plan navigation prévoit aussi un navire de réserve pour intervenir durant la haute saison. En parallèle, l’aménagement des ports et l’amélioration des services qui y sont dispensés, assure-t-on au ministère, devraient absorber un coût total estimé à 55 MDH, dont un budget de 30 MDH consacré au port de Tanger Med et 25 MDH dédié aux ports de Nador, Tanger ville et d’Al Hoceima.
Bien entendu, la réussite de l’opération ne se mesure pas uniquement à l’aune du seul volet maritime. Ainsi, pour le transport aérien, des « efforts ont été déployés pour développer l’offre destinée aux Marocains du monde et créer de nouvelles lignes aériennes pour rapprocher les destinations les plus prisées», a signalé A. Birou. L’enjeu est crucial, là aussi, puisque le taux trafic par avion s’est apprécié, rappelle-t-il, de 41,57% en 2015.
Déploiement à l’étranger
Tout paraît donc fin prêt pour garantir le succès de cette opération. « Plusieurs dispositifs ont été mis en œuvre cette année portant sur les volets social et médical, pour accompagner l’intensité du trafic maritime enregistré régulièrement à cette occasion, à travers le déploiement de plusieurs équipes d’assistance sociale et de médecins au niveau de tous les points d’entrée du Royaume, dont celui de Tanger-Med » a assuré, à cette occasion, Farid Tanjaoui Jazouli, directeur du pôle humanitaire à la Fondation Mohammed V pour la solidarité. Rien ne doit être laissé au hasard pour que l’opération soit rondement menée. Ainsi, plus de 400 assistants sociaux ont été mobilisés aux niveaux des sites d’accueil des ports de Tanger-Med, Nador et Al Hoceima, des entrées de Bab Sebta et Bab Mellilia, des aéroports de Casablanca Mohammed V, Oujda-Angad, Agadir-Al Massira et de Fès-Saïss, et des aires de repos Tanger Méditerranée, Taourirte, Tazaghine et Jabha. Cet effort consenti sur le sol national est épaulé aussi à l’étranger. Et il vise particulièrement les ports européens d’Almeria, Algesiras, Sète et Gènes, là par où transite le gros des effectifs. Des équipes médicales fortes d’une quarantaine de médecins et d’autant d’infirmiers, ont été mobilisées pour assister les passagers et leur fournir les soins et secours nécessaires en cas de besoin, outre la mise à disposition d’une vingtaine d’ambulances 24h/24h, assure-t-on. Tout ce beau monde vivra donc en alerte tout le long de l’opération « Marhaba 2016 » qui se poursuivra jusqu’au 15 septembre prochain.
En matière logistique, les responsables du port Tanger-Med Passagers, , assurent que les préparatifs pour cette septième campagne organisée au niveau du Port Tanger Med se déclinent sur deux axes, à savoir le renforcement de la capacité du transport maritime, à travers le déploiement de 11 navires avec une capacité journalière d’environ 35.000 voyageurs et 8.000 voitures, et l’augmentation du nombre de surfaces ombragées à l’intérieur du port ainsi que la multiplication des espaces de détente pour améliorer les conditions d’attente des passagers avant l’embarquement.
Hassan Abkari, directeur au Port Tanger-Med Passagers souligne qu’une nouvelle ligne maritime pour le transport de passagers reliant le port Tanger-Med à Motril (sud d’Espagne) avait été ouverte, en vue de renforcer l’accompagnement des flux des passagers et de la traversée des MRE. Concernant l’organisation des flux, le responsable a confirmé la mobilisation de près de 1.000 personnes en charge des opérations de sûreté, de sécurité, d’orientation et d’assistance 24h/24h. Plus, afin d’assurer le bon déroulement de l’opération, la mise en place de systèmes de comptage de trafic et de la reconfiguration des espaces de pré-embarquement a été réalisée. Même le volet communication n’a pas été laissé au hasard. On assure que le port Tanger-Med est doté de plusieurs dispositifs, dont le site web, l’application Tanger Med disponible sur les téléphones mobiles, la chaîne radio Tanger Med, et le service SMS qui va être utilisé durant cette opération, en vue d’informer les clients des détails des voyages en temps réel… Cela sans parler de la mise en place d’un réseau Wifi gratuit au niveau des espaces des ports passagers et rouliers.
Aubaine économique
Avec ce déploiement qui repose sur des moyens exceptionnels, le Maroc cherche à devancer les desiderata de sa diaspora dont les liens avec la mère-patrie restent solides. L’enjeu est de taille puisqu’il faut songer aux générations qui ont succédé à celle constituée des pionniers pour que les liens puissent être suffisamment forts pour passer outre les hésitations que les droits du sol et du sang peuvent générer.
Bien entendu, la diaspora représente une manne inespérée pour redynamiser les circuits économiques. Et un des premiers bénéficiaires n’est autre que le secteur du tourisme qui vit une atonie qui ne dit pas son nom. Une bonne partie des RME ne se contente plus d’aller au « bled» et s’enfermer entre quatre murs. Les jeunes veulent profiter des vacances d’été pour visiter les divers coins du Maroc et découvrir ses multiples facettes. Passé le ramadan, les circuits touristiques vivront au rythme des RME.Mais il faut dire aussi que la saison estivale est aussi mise à profit par les banques pour assurer le captage d’un maximum de clients habitués à placer leurs économies ailleurs. L’enjeu dépasse, en effet, les seuls 7 milliards de dollars injectés annuellement dans l’économie au titre des transferts de MRE. Car la partie occultée relève, elle, de l’économie solidaire dont fait preuve la diaspora à l’égard des siens restés dans le pays. Et tout particulièrement en milieu rural. Même le secteur de l’immobilier se retrouve revigorée, durant la saison, par l’empressement de nombre de MRE à posséder un pied à terre dans le Royaume. Assurément, ce coup de fouet attendu, chaque année en pareille période, doit inciter à considérer la diaspora marocaine autrement. Elle qui non seulement joue à l’acteur économique occasionnel, mais aussi un rôle à consolider sur le terrain de la diplomatie parallèle.
Les actions attendues de ce gisement humain restent inestimables aussi bien pour la défense de l’intégrité territoriale que pour le drainage d’investissements porteurs dans les métiers où le pays accuse bien des retards. Anis Birou est conscient de ces divers enjeux et s’échine à promouvoir une autre approche à l’endroit de la diaspora. Au ministère en charge des MRE et de l’immigration, un fonds est même disponible pour encourager les porteurs de projets qui voudraient retourner au pays pour y investir et/ou apporter leur savoir faire.

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT t.*, tt.*, tr.object_id FROM wp_terms AS t INNER JOIN wp_term_taxonomy AS tt ON t.term_id = tt.term_id INNER JOIN wp_term_relationships AS tr ON tr.term_taxonomy_id = tt.term_taxonomy_id WHERE tt.taxonomy IN ('category', 'post_tag', 'post_format') AND tr.object_id IN (23938, 35627) ORDER BY t.name ASC

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.