Tuerie parmi les Touaregs au nord Mali: La piste djihadiste évoquée

Tuerie parmi les Touaregs au nord Mali La piste djihadiste évoquée
Tuerie parmi les Touaregs au nord Mali La piste djihadiste évoquée

Des dizaines de civils Touaregs ont été tués entre le mardi 11 et le mercredi 12 décembre par des djihadistes présumés dans le nord-est du Mali, dans la région de Ménaka, zone de confrontation entre des djihadistes ayant prêté allégeance au groupe Etat islamique (EI) et deux groupes armés principalement Touaregs soutenant les troupes maliennes et françaises. Le Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA, issu de l’ex-rébellion) a dénoncé des attaques lancées entre la nuit de mardi et mercredi matin par « des bandits armés sur plus de vingt motos » contre plusieurs localités, où ils « ont exécuté des civils de la communauté Idaksahak » (touareg), faisant état jeudi 13 décembre d’un bilan de « 47 morts ».

Les assaillants « sont repartis vers la frontière nigérienne après avoir allumé un feu de brousse », a ajouté ce groupe principalement touareg. Des élus locaux ont confirmé l’attaque, évoquant entre une vingtaine et plusieurs dizaines de tués.

La Minusma a condamné sur Twitter « les faits collectés concernant cette série d’attaques », sans donner d’estimation chiffrée. « Conformément à son mandat, la Minusma déploie une équipe spéciale d’enquête des droits de l’Homme pour établir les faits ainsi que les circonstances de l’exécution des civils dans ces localités et situer les responsabilités », a-t-elle ajouté, appelant « les autorités maliennes à enquêter sur ces incidents et à traduire les responsables en justice ».Dans un rapport remis au Conseil de sécurité de l’ONU en août, un groupe d’experts souligne que les conflits entre communautés de la région, pour les postes de pouvoir, le contrôle d’axes commerciaux ou de contrebande, les pâturages et l’accès aux puits, exacerbent les tensions dues aux affrontements entre djihadistes et forces internationales et maliennes.

Plusieurs centaines de personnes, dont de nombreux civils, appartenant surtout aux communautés peule et touareg, ont péri depuis le début de l’année dans cette région de Ménaka.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.