Un lobbyiste algérien pro-américain derrière les barreaux : De Berkeley à Blida
Un lobbyiste algérien pro-américain derrière les barreaux : De Berkeley à Blida

Le système algérien ne sait plus ou donner de la tête face à la persistance de la colère populaire. Pour se donner force et contenance, il multiplie les arrestations et procès.

Arslan Chikhaoui a été arrêté, il y a quelques jours, par les services de sécurité et présenté devant la justice militaire de Blida.
Le juge d’instruction en charge de l’affaire l’a placé sous mandat de dépôt.

A. Chikhaoui est accusé dans une affaire de sécurité nationale. Ce qui équivaut, dans le jargon le plus intelligible, à l’intelligence avec des puissances étrangères.
L’affaire serait donc liée au grenouillage avec les services US, boire pire !

Ce diplômé en relations internationales de l’université de Berkeley aux USA., est P-DG du centre de conseil Nord-Sud Ventures, spécialisé dans le business intelligence, la stratégie et le lobbying global, depuis 1994.

Il a élaboré de nombreux travaux et essais, sur notamment la politique euro-méditerranéenne et la privatisation en Algérie.
A. Chikhaoui était également consultant auprès de plusieurs entreprises algériennes de droit privé.
Mais derrière la façade de l’économiste, c’est un proche du parti républicain américain et un dirigeant des lobbies US pro algériens qui est ainsi visé par la justice de son pays.

Chasse aux sorcières:

En parallèle, on signale que l’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia et l’ancien ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaalane, officiellement convoqués par la Cour suprême, devaient être entendus, mercredi, en tant qu’accusés dans plusieurs affaires de corruption.

A. Ouyahia et A. Zaalane seraient soupçonnés de corruption et de dilapidation de deniers publics.
Les deux responsables avaient témoigné devant le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’hamed dans les affaires Ali Haddad et Mahieddine Tahkout.
Ils seraient également impliqués dans d’autres affaires de par leur poste de ministre.
A. Ouyahia hérite de tout un lot de charges qui vont de l’abus de pouvoir, à la dilapidation de deniers publics en passant par le transfert illégal de capitaux vers l’étranger (à Dubaï, notamment) et le financement illicite des partis politiques.
On signale que M. Tahkout, deux de ses frères et son fils ont été placés sous mandat de dépôt pour corruption dans des dossiers très lourds.

L’homme d’affaires, qui a connu une ascension fulgurante pendant le règne de Bouteflika, a amassé une fortune colossale au point de figurer parmi les hommes les plus riches d’Algérie.
La fille cadette de ce symbole de l’oligarchie serait, à l’âge de 5 ans, assise sur une fortune estimée à plusieurs milliards.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.