Un tanker iranien arraisonné à Gibraltar: Téhéran envisage la réciprocité
Un tanker iranien arraisonné à Gibraltar: Téhéran envisage la réciprocité

Le secrétaire du Conseil de discernement de l’intérêt supérieur de l’Iran a déclaré le 5 juillet sur Twitter que les autorités iraniennes devaient «agir réciproquement» si Londres ne relâchait pas le pétrolier iranien arraisonné dans le détroit de Gibraltar.

Téhéran doit riposter de manière symétrique à l’interception du navire iranien dans le détroit de Gibraltar, a écrit sur Twitter Mohsen Rezaï, secrétaire du Conseil de discernement de l’intérêt supérieur de l’Iran.
«En 40 ans d’histoire, la Révolution islamique n’a été à l’origine d’aucune tension, mais face à l’arrogance, on n’a jamais hésité à riposter. Si la Grande-Bretagne ne relâche pas le pétrolier iranien, il est du devoir des autorités responsables d’agir réciproquement et d’intercepter et de saisir un pétrolier britannique.»

De son côté, le ministère iranien des Affaires étrangères a rendu public le 5 juillet un communiqué dans lequel la «libération immédiate» du navire est exigée par Téhéran.
Le 4 juillet, des responsables espagnols avaient déclaré que le Grace 1, un pétrolier battant pavillon panaméen transportant du pétrole iranien en Syrie, avait été arraisonné par des patrouilleurs britanniques au large de Gibraltar, sur consigne des États-Unis.

Selon la diplomatie iranienne, le navire se trouvait «dans les eaux internationales».
Une séquence diffusée par la presse montre le moment où la police de Gibraltar, assistée de Royal Marines, a intercepté le pétrolier iranien Grace 1 au large du territoire britannique.
Le navire a été saisi par la Grande-Bretagne à la demande des États-Unis, a déclaré le ministre espagnol des Affaires étrangères par intérim Josep Borrell.

Dans un communiqué, le gouvernement de Gibraltar, territoire britannique situé à la pointe sud de l’Espagne, a affirmé que selon ses estimations les cuves du Grace 1 pouvaient contenir du pétrole destiné à la raffinerie syrienne de Banyas.

D’une capacité de 300.000 tonnes, le Grace 1 bat pavillon panaméen et il est exploité par la compagnie IShips Management Pte Ltd, basée à Singapour, d’après les banques de données du transport maritime.
Téhéran a convoqué l’ambassadeur du Royaume-Uni en Iran pour dénoncer cette « interception illégale ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.