Une nouvelle gouvernance pour la justice: Pour un « parquet citoyen »…

Une nouvelle gouvernance pour la justice: Pour un « parquet citoyen »…
Une nouvelle gouvernance pour la justice: Pour un « parquet citoyen »…

Les méthodes modernes de gestion du parquet ont été au cœur d’une session de formation tenue, mercredi à Casablanca, au profit des chefs de parquet du Royaume et des responsables de la présidence du ministère public.

Initiée par la Commission européenne pour l’efficacité de la justice (CEPEJ) et la présidence du ministère public, cette session, précédée d’une session similaire mardi à Fès, est soutenue par le programme « Assurer la durabilité de la gouvernance démocratique et des droits humains dans le sud de la Méditerranée » (Programme Sud III 2018-2020), financé par l’Union européenne et le Conseil de l’Europe et mis en œuvre par le Conseil de l’Europe.

Abderrahim Hanine, directeur du pôle de suivi des affaires pénales au ministère public, a souligné, à cette occasion, l’importance cruciale de la thématique de cette formation, en ce sens qu’elle permet de jeter la lumière sur le rôle du responsable judiciaire dans l’organisation du parquet, les nouvelles méthodes de gouvernance et les enjeux de la communication dans le travail du procureur.

Cette importance émane également du fait que le Maroc est le premier pays arabe et africain à obtenir le statut d’observateur au Conseil consultatif de procureurs européens, qui a pour mission de formuler des avis sur des questions relatives à la performance du ministère public, à son engagement à appliquer la politique pénale et à son action en dehors du système judiciaire.

Le système judiciaire marocain est soumis à une évaluation de la CEPEJ en tant qu’institution de référence en la matière, a-t-il relevé, notant que ladite commission a salué, dans un rapport, les efforts consentis par les tribunaux marocains.

Le ministère public, qui a tiré profit de l’expérience de la CEPEJ en termes de mesure du temps judiciaire, s’emploie à traduire dans les faits le slogan de « parquet citoyen » et ce, en veillant à se conformer aux normes internationales d’efficacité de la justice en termes d’évaluation de la performance du système judiciaire, d’orientation des politiques publiques en la matière et d’amélioration des prestations.

De son côté, la secrétaire de la CEPEJ, Muriel Decot, a fait savoir que cette commission, qui siège à Strasbourg, réunit 47 Etats membres du Conseil de l’Europe, outre des membres observateurs comme le Maroc.

Elle a, à cet effet, mis en avant l’activité et la dynamique du Royaume au sein de la CEPEJ via notamment le traitement d’une série de questions en lien avec la Justice, la gestion du temps judiciaire et la qualité des services judiciaires.

Cette formation, qui est en ligne avec cette tendance eu égard aux thématiques prévues dans son programme, sera suivie de plusieurs sessions dans le cadre d’autres programmes que l’UE pourrait financer, a indiqué M. Decot, soulignant la qualité de la coopération entre cette commission et le Maroc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.