Vive tension à Idlib: Vers un Alep bis?
Vive tension à Idlib: Vers un Alep bis?

Les affrontements autour d’Idlib se font de plus en plus violent ces derniers jours.
En effet, mercredi, les moyens de défense antiaérienne de la base russe de Hmeimim dans le gouvernorat syrien de Lattaquié, ont repoussé une nouvelle attaque aux lance-roquettes multiples. Le ministère de la Défense russe a annoncé l’élimination de 180 djihadistes via une « frappe de précision ».

En parallèle, des drones lancés par les djihadistes ont largué cinq bombes artisanales sur la centrale électrique du village d’Al-Zara, situé au nord-ouest de la ville de Hama, causant des dégâts matériels.Un drone a été intercepté par les militaires syriens.
Appuyées par les Forces aérospatiales russes, l’armée syrienne repousse les attaques du Front al-Nosra dans les régions sud de la zone de désescalade d’Idlib.
«Les djihadistes cherchent depuis le soir du 22 mai à s’emparer de Kafr Nabuda depuis l’est. À l’heure actuelle, leurs pertes se chiffrent à deux chars, trois lance-roquettes multiples et à plus de 140 hommes.
Les combats acharnés pour Kafr Nabuda continuent», signale-t-on.

Par ailleurs, quelque 200 radicaux armés de deux blindés de combat d’infanterie et de neuf pick-ups équipés de mitrailleuses de gros calibre ont deux fois essayé de percer les positions des troupes gouvernementales près des localités de Maidan et d’Al-Hawash, respectivement à l’ouest et à l’est de Kafr Nabuda.
«Les terroristes ont battu en retraite à la tombée de la nuit, après avoir perdu 40 des leurs, un blindé de combat d’infanterie et deux pick-ups».

L’armée syrienne a repoussé mercredi 22 mai trois attaques massives du Front al-Nosra. Jusqu’à 500 djihadistes du Front al-Nosra ont participé à trois attaques contre l’armée syrienne à Idlib en une matinée, a annoncé le ministère russe de la Défense.
Les radicaux ont en outre mené 17 tirs de lance-roquettes multiples contre la base aérienne de Hmeimim.
Les radicaux de Sahariyah ont aussi essayé par deux fois de percer les positions des troupes gouvernementales près de la ville d’Al-Hayrat, toujours dans le gouvernorat d’Idlib. Sans succès.

Le Front al-Nosra mène depuis le soir du 21 mai des attaques massives contre les positions des forces syriennes près d’Idlib en utilisant des blindés, des lance-roquettes multiples et des véhicules bourrés d’explosifs.
Les troupes syriennes ont éliminé plus de 150 radicaux, trois chars, 24 pick-ups près d’Idlib et deux véhicules bourrés d’explosifs.

Le cessez-le-feu décrété par Damas a donc volé en éclats. Et Washington menace « le régime de Bachar el-Assad » de représailles pour avoir mené une attaque chimique… tout en reconnaissant manquer d’informations fiables.

Le 21 mai, le département d’Etat américain a en effet assuré que Washington disposait d’«indications» selon lesquelles «le régime de Bachar el-Assad» serait responsable d’une «attaque présumée au chlore dans le nord-ouest de la Syrie au matin du 19 mai».
Morgan Ortagus, porte-parole de la diplomatie américaine, a assuré que son pays était «encore en train de recueillir des informations sur cet incident mais nous réitérons notre avertissement, si le régime Assad utilise des armes chimiques, les Etats-Unis et nos alliés répondront rapidement et de manière appropriée».
L’armée syrienne a démenti dès le 19 mai l’information, affirmant qu’il s’agissait d’une affaire «fabriquée», selon une source militaire citée par le quotidien syrien Al-Watan.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.