Vive tension entre Tel-Aviv et Damas: Le Président Assad entend libérer toute la Syrie…

Vive tension entre Tel-Aviv et Damas: Le Président Assad entend libérer toute la Syrie…

Au cours d’une rencontre avec des diplomates syriens au ministère des Affaires étrangères, le Président syrien a dévoilé le 9 juillet les défis que Damas doit relever en priorité.

«La reconstruction est la tâche prioritaire en Syrie. Elle ne sera possible que grâce à la poursuite de la lutte antiterroriste et à la libération de tout le territoire, peu importe qui les occupe», a déclaré le Président syrien cité par son service de presse.

Il a aussi souligné l’importance de mesures non militaires pour stabiliser la situation dans le pays. Aux yeux de Bachar al-Assad, «l’étape suivante sera d’amender les lois, de lutter contre la corruption, de développer le dialogue inter-syrien, de favoriser le retour des réfugiés qui ont quitté la Syrie pour fuir le terrorisme et de stabiliser le processus politique entravé par plusieurs pays, tout d’abord, par les États-Unis».

Le déroulé de ces priorités servant de feuille de route pour les diplomates syriens interviennent, faut-il le rappeler, au moment où l’armée syrienne maintient la pression militaire dans le Sud, l’objectif étant de libérer le territoire des poches de résistance djihadistes qui servent de « ceinture de sécurité » pour Israël. Les succès militaires remportée par l’armée syrienne exacerbent les tensions avec son ennemi juré d’hier et d’aujourd’hui qui occupe encore le Golan. C’est pourquoi le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a promis une riposte ferme à toute tentative d’incursion de l’armée syrienne dans la zone démilitarisée du plateau du Golan.

«De notre côté, nous allons appliquer rigoureusement l’accord de dégagement de 1974 et nous allons également insister pour que toutes les dispositions du traité soient respectées et que l’État d’Israël réagisse avec hostilité à toute violation», a déclaré le ministre, devant le parlement, oubliant au passage que c’est bien l’armée israélienne qui, la première, avait violé ledit accord.

Cette déclaration survient dans le contexte de tensions croissantes entre les deux pays après que l’agence syrienne Sana a annoncé dimanche que la défense antiaérienne syrienne avait repoussé un raid israélien sur la Base T4 de Homs qui n’a engendré que des dégâts matériels.

Auparavant, l’armée israélienne a affirmé avoir attaqué les positions syriennes  dans la zone tampon après qu’un obus y était tombé. C’est un village dans la province syrienne de Quneitra, à proximité des hauteurs du Golan, qui a été frappé, a précisé l’agence Reuters se référant à un commandant des forces gouvernementales syriennes. La frappe effectuée par l’Armée de l’air israélienne n’a pas fait de victimes, selon l’agence.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est déterminé à aborder avec le Président russe le 11 juillet la nécessité de respecter l’accord de 1974 sur le dégagement qui prévoit la création d’une zone démilitarisée sur le plateau du Golan, ainsi que la présence d’un contingent des Nations unies chargé d’y assurer le maintien de la paix.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.