Washington sanctionne Téhéran : Riyad tempère…

Washington sanctionne Téhéran : Riyad tempère…
Washington sanctionne Téhéran : Riyad tempère…

Dans la guerre déclarée entre Washington et Téhéran, une première salve de sanctions américaines doit entrer en vigueur mardi 7 août. C’est la conséquence du retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien en mai dernier. Donald Trump a estimé que Téhéran ne respectait pas son contrat en continuant ses activités nucléaires. Le retrait américain a été dénoncé par les autres parties à l’accord, les Européens notamment. Mais cela n’a rien changé. En Iran, les conséquences se font déjà ressentir.

Blocage des transactions financières, du commerce de matières premières ou encore interdiction d’importer des voitures fabriquées en Iran. Le retour des sanctions américaines inquiète les Iraniens, car ces mesures devraient aggraver la situation économique dans le pays. En mai dernier, le rial, la monnaie iranienne, a chuté, ce qui a provoqué une augmentation des prix de tous les biens de consommation courante.

Avec les sanctions, les Etats-Unis veulent éprouver davantage l’Iran pour pousser les responsables iraniens à négocier un autre accord sur le nucléaire, beaucoup plus restrictif que l’ancien. Les partisans d’une ligne dure à Washington comptent, eux, sur un mécontentement populaire pour réaliser un « regime change ». Reste que la stratégie des Etats-Unis n’est pas toujours lisible. Donald Trump multiplie les déclarations contradictoires, se montrant un jour ouvert au dialogue et le lendemain menaçant vis-à-vis de l’Iran.

Souplesse saoudienne

En face, un des appuis de l’Amérique dans la région, l’Arabie saoudite en l’occurrence, a accepté qu’un diplomate iranien dirige un bureau de représentation des intérêts de Téhéran à Ryad, selon l’agence officielle iranienne Irna. Un développement des plus inattendus depuis le gel des relations diplomatiques entre le royaume et la République islamique en 2016.

« De source diplomatique, on apprend dimanche que l’Arabie saoudite a accepté d’accorder un visa au dirigeant (… ) des intérêts iraniens », indique Irna, ajoutant que les observateurs considéraient cette mesure comme une étape supplémentaire dans les efforts d’apaisement entre Téhéran et Ryad.

Le bureau doit être mis en place au sein de la mission diplomatique suisse en Arabie saoudite, selon un accord signé en 2017.

Qu’est-ce que cela présage-t-il ? Une accalmie dans les rapports très conflictuels entre les deux pays, Riyad ayant choisi de monter une sorte d’Otan arabe, sunnite, pour endiguer le péril chiite ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.