Zone tampon en Syrie : B. Chaabane dénonce tentation néo-ottomane d’Erdogan

Zone tampon en Syrie : B. Chaabane dénonce tentation néo-ottomane d’Erdogan
Zone tampon en Syrie : B. Chaabane dénonce tentation néo-ottomane d’Erdogan

Recep Tayyip Erdogan rêve de recréer l’Empire ottoman, a déclaré devant les journalistes Bouthaina Shaaban, une conseillère du Président Bachar el-Assad, en commentant l’intention d’Ankara de créer une zone tampon dans le nord de la Syrie.

«La Turquie a de nouveau l’ambition d’occuper la terre des autres. Je pense que nous faisons face à un Erdogan qui rêve de revigorer et de recréer l’Empire ottoman. Je ne pense pas qu’il soit capable de le faire car nos peuples sont là pour défendre notre terre, notre pays et sa souveraineté», a-t-elle tenu à souligner.

Concernant l’octroi de l’autonomie aux Kurdes, B. Shaaban a fait remarquer que cela conduirait à une division territoriale de la Syrie, ce qui constitue une perspective impossible étant donné que le pays est un «creuset» de divers groupes religieux et ethniques, auxquels l’égalité des chances est offerte. «L’autonomie signifie la division de la Syrie. Nous avons des Arméniens, nous avons des Caucasiens, nous avons des Turcs, nous avons des musulmans, nous avons des chiites, nous avons des Druzes, des chrétiens (…). La Syrie est un creuset pour tous les peuples, et tous sont égaux devant la loi syrienne et la constitution syrienne», a relevé B. Shaaban.

Plus tôt, R.T. Erdogan avait déclaré qu’Ankara était prêt à lancer une opération à l’est de l’Euphrate ainsi que dans la ville syrienne de Manbij contre les forces d’autodéfense kurdes si les États-Unis ne les obligeaient pas à quitter ces territoires. Ensuite, le Président turc a annoncé qu’il avait décidé d’ajourner le début de l’opération militaire en Syrie et ce après un échange téléphonique avec Donald Trump lors duquel ce dernier avait adopté la décision de retirer les troupes américaines de Syrie.

D.Trump avait plus tôt annoncé qu’il était nécessaire de créer une zone tampon large de quelque 30 kilomètres aux frontières de la Syrie avec la Turquie. La partie turque a alors soutenu l’initiative, ajoutant que la Turquie contrôlera cette zone.

Damas s’était à plusieurs reprises opposé aux opérations menées par la Turquie dans le nord de la Syrie, les qualifiant d’agression.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.